La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 159,33
    -61,85 (-0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Mark Zuckerberg renvoie 11 000 employés de Meta mais persiste avec son Métaverse

Zuckerberg
Zuckerberg

Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) va se séparer de 11 000 salariés. Mark Zuckerberg assure en « prendre la responsabilité ».

« Aujourd’hui, je dois vous partager l’un des changements les plus durs que nous ayons dû faire dans l’histoire de Meta.» Le billet de blog de Mark Zuckerberg, patron de la maison-mère de Facebook, est venu confirmer ce 9 novembre 2022 une information qui pendait déjà au nez de la multinationale : Meta va renvoyer 11 000 personnes, soit 13 % du nombre total de ses salariés.

« Nous allons prendre aussi un certain nombre de mesures supplémentaires pour devenir une entreprise plus ‘allégée’ et plus efficace en réduisant les dépenses discrétionnaires et en prolongeant notre gel des embauches jusqu’au premier trimestre », peut-on lire dans le billet.

C’est la toute première fois de l’histoire de l’entreprise, depuis 2004, que Meta (ex-Facebook) doit renvoyer autant de gens au même moment, note the Verge.

Meta aurait souffert de trop d’investissements pendant le covid

Toujours selon le fondateur de Facebook, Meta aurait grandement investi pour embaucher des employés pendant la crise du covid : « Au début du covid, le monde s’est rapidement déplacé en ligne et l’essor du e-commerce a entraîné une croissance démesurée des revenus. Nombreux sont ceux qui ont prédit qu’il s’agirait d’une accélération permanente qui se poursuivrait même après la fin de la pandémie.

[Lire la suite]