Marchés français ouverture 2 h 32 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 539,84
    +131,67 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 573,73
    +477,87 (+1,64 %)
     
  • BTC-EUR

    40 787,00
    +60,90 (+0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    989,60
    +1,51 (+0,15 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Mario Draghi prend les rênes de l'Italie

·2 min de lecture

ANALYSE- L'ex-président de la Banque centrale européenne a été appelé à la rescousse pour sortir le pays d'une crise politique et économique historique. "Super Mario" a constitué son gouvernement. Il s'est trouvé une équipe à la fois techno et politique.

Mais qu'est allé faire Mario Draghi dans cette galère ? Tout semblait indiquer que l'ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) s'installerait l'année prochaine sous les ors du palais du Quirinal, l'ex-Palais des papes devenu le siège de la présidence de la République italienne.

Mais c'est du Quirinal même qu'est arrivé le 2 février, de la bouche de Sergio Mattarella, un « SOS » auquel il ne pouvait que répondre. Dix jours plus tard, ce 12 février, Mario Draghi a accepté, lors d'un entretien avec le président Sergio Mattarella, de diriger un nouveau gouvernement en Italie. La composition de son cabinet, dévoilée dans la foulée, illustre sa volonté de mélanger "technocrates" et "politiques" au sein d'un gouvernement élargi soutenu par un large spectre, du centre gauche à la droite dure.

Daniele Franco à l'économie

Côté politique, Luigi di Maio, chef de file du Mouvement 5 Etoiles, conserve le portefeuille des Affaires étrangères, tandis que Giancarlo Giorgetti, haut responsable de la Ligue, est nommé à l'Industrie, et qu'Andrea Orlando, du Parti démocrate, récupère le ministère du Travail. Côté "techniciens", Luciana Lamorgese reste à la tête du ministère de l'Intérieur, Daniele Franco, numéro deux de la Banque d'Italie, hérite du ministère de l'Economie et Roberto Cingolani, un physicien spécialiste de l'intelligence artificielle, est désigné à la tête d'un nouveau ministère de la Transition écologique.

Renzi a tout fait exploser

La crise politique s'était ouverte le 13 janvier et avait transformé le Parlement en champ de bataille. En faisant démissionner les ministres de son parti Italia Viva, le sénateur Matteo Renzi, ex-Premier ministre, fut l'artificier du big bang conduisant à éliminer le chef du gouvernement Giuseppe Conte. Et le Mouvement 5 étoiles, fort de 395 élus, mais balkanisé en tribus rivales, n'a pas su s'entendre sur un successeur. L'impasse politique était totale. La solution naturelle était alors d'organiser des élections anticipées. [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi