Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 045,07
    -3 311,15 (-5,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Sous-marins à propulsion nucléaire: l'Australie s'allie au britannique BAE Systems

Un sous-marin de classe Virginia de la marine américaine, à la base navale HMAS Stirling de Rockingham, à la périphérie de Perth, le 4 août 2023 en Australie (Tony McDonough)
Un sous-marin de classe Virginia de la marine américaine, à la base navale HMAS Stirling de Rockingham, à la périphérie de Perth, le 4 août 2023 en Australie (Tony McDonough)

L'Australie a annoncé jeudi nouer un partenariat avec le britannique BAE Systems pour la construction de sous-marins à propulsion nucléaire, deux ans et demi après avoir rompu un accord avec la France visant à développer sa capacité navale face aux ambitions chinoises en Asie-Pacifique.

Les premiers appareils doivent être livrés à partir de 2040, a annoncé jeudi l'agence australienne des sous-marins.

Les engins de classe SNN-AUKUS, qui doivent être construits avec le groupe public australien ASC, doivent s'ajouter aux trois appareils de classe Virginia qui doivent être livrés à l'Australie par les Etats-Unis dans les années 2030.

PUBLICITÉ

Le gouvernement australien a salué l'opportunité de "construire une capacité souveraine, à long terme, en matière de sous-marins à propulsion nucléaire et à armement conventionnel".

En 2021, Canberra avait provoqué une crise diplomatique majeure avec Paris en rompant sans avertissement un contrat de 55 milliards d'euros pour l'achat de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle à Naval Group.

Les détails du partenariat conclu avec BAE Systems n'ont pas été précisés mais celui-ci devrait, selon des responsables de la défense australiens, aboutir à la construction d'au moins cinq sous-marins.

Les premiers doivent être construits en Grande-Bretagne tandis que les suivants le seront dans les chantiers navals d'Adélaïde, dans le sud de l'Australie.

Ce partenariat a été conclu dans le cadre du pacte Aukus noué en septembre 2021 avec Washington et Londres pour contrecarrer l'influence de la Chine dans le Pacifique-Sud.

Les sous-marins à propulsion nucléaire offrent davantage de furtivité et surtout beaucoup plus d'autonomie que ses sous-marins conventionnels.

Les ministres australiens et britanniques de la Défense et des Affaires étrangères devraient fournir plus de détails à l'issue d'une rencontre qui doit se tenir vendredi à Adélaïde.

- Accord de défense -

Des responsables australiens estiment qu'il faudra mobiliser 20.000 personnes - techniciens, ouvriers métallurgistes, électriciens et soudeurs - pour concrétiser ce projet.

L'Australie dispose à ce jour d'une flotte de sous-marins diesel-électriques vieillissants, plombés par des défauts de conception.

La construction des sous-marins à propulsion nucléaire devrait prendre plus de 15 ans, mais Canberra doit recevoir des Etats-Unis au moins trois sous-marins de classe Virginia dans l'intervalle.

Le projet Aukus visant à doter l'Australie de sous-marins à propulsion nucléaire pourrait coûter jusqu'à 240 milliards de dollars sur 30 ans.

Certains craignent toutefois qu'il ne soit sabordé par Donald Trump s'il remporte l'élection présidentielle américaine en novembre 2024.

"L'Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis restent pleinement engagés dans cette entreprise commune", ont tenté de rassurer dans une déclaration commune jeudi le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le ministre britannique de la Défense, Grant Shapps, et son homologue australien, Richard Marles.

Plus tôt jeudi, les ministres de la Défense britannique et australien ont signé un nouvel accord de défense à Canberra, ouvrant la voie à l'accueil mutuel des troupes.

L'accord ne constitue pas un pacte de défense mutuelle à part entière, qui obligerait l'une des parties à intervenir si l'autre était attaquée ou menacée. Mais les deux parties ont déclaré "s'être engagées à s'impliquer" mutuellement en cas de menace.

L'acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire placera l'Australie dans un club très fermé sur la scène internationale et aux avant-postes des efforts de Washington pour contrer l'expansion militaire de la Chine en Asie-Pacifique.

str-sft-arb-rr/phs/bpi