Marchés français ouverture 3 h 40 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 107,98
    +89,65 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1926
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 716,25
    +157,66 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    31 775,26
    -1 000,38 (-3,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    939,73
    -30,14 (-3,11 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Marine Le Pen: "Je serai au second tour de la présidentielle"

·2 min de lecture

RENCONTRE - A l'occasion d'un échange avec la rédaction de Challenges, la patronne du Rassemblement national a levé un coin de voile sur son programme présidentiel "qui sera prêt au début de l'été". Son changement de pied en économie vise à draguer l'électorat de François Fillon de 2017 sans perdre son électorat populaire.

Avec , un déjeuner informel peut vite ressembler à un ring de boxe. Dès qu’elle se sent attaquée, la patronne du se raidit, caricature, riposte. Surtout quand on met en cause sa crédibilité à gérer les affaires de la France, sa principale faiblesse dans les sondages depuis des années. Manquerait-elle d’experts à ses côtés pour élaborer un programme solide? "C’est ça, nous sommes des cons et des fronts bas, fusille-t-elle, entre deux bouffées de vapoteuse. La vérité, c’est que vous ne savez pas qui travaille pour moi. Mais je ne suis pas là pour convaincre les journalistes, ils m’ont tous tapé sur la gueule depuis vingt ans et, malgré cela, je serai probablement au deuxième tour de la présidentielle."

Ragaillardie par les sondages , Marine Le Pen est dans les starting-blocks. Son programme sera "prêt au début de l’été et rendu public a priori en septembre". Oublié le fiasco du débat télévisé de 2017 où elle s’était emmêlée entre les dossier industriels d’Alstom et de SFR et avait perdu pied sur son projet de sortie de l’euro. Elle en a tiré les conséquences. Exit le Frexit. Place à une "alliance européenne des nations" pour "changer l’Union européenne de l’intérieur". Et tant pis si les partis d’extrême-droite européens se sont révélés incapables de tenir la moindre ligne politique commune jusqu’à présent. Son alliée allemande, l’AFD, vient d’ailleurs de décider la sortie de l’Allemagne de l’Union européenne, alors que son comparse italien Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord, soutient …

Lire aussi

Macron, "son pendant"

Qu’importe, Marine Le Pen répète en boucle que le vieux clivage gauche-droite a cédé la place à un clivage "entre les mondialistes et les nationaux". Et se félicite d’avoir trouvé en Emmanuel Macron "son pendant" avec qui elle compte bien écraser la concurrence. Elle observe avec gourmandise , qui profite au candidat RN Thierry Mariani, et l’écartèlement de la droite entre les libéraux et les sociaux. "LR n’a plus d’identité", se réjouit-elle. [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles