La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 849,11
    +146,39 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Marine Le Pen et la menace du coup de force institutionnel

·2 min de lecture

Pour faire adopter plusieurs mesures, la leader du RN compte s'appuyer sur le peuple souverain, en proposant un référendum au titre de l'article 11 de la Constitution. Problème, ce projet "est une sorte de coup d'Etat", alerte le constitutionnaliste Dominique Rousseau.

Une altération profonde et sans équivoque des valeurs de la République française. Si elle était élue présidente le 24 avril prochain, Marine Le Pen commencerait par s'attaquer à l'article premier de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 ("Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits") en instaurant la "priorité nationale" pour l'accès à l'emploi - public ou privé -et au logement social, et en conditionnant le versement des prestations sociales, comme les allocations familiales, à la nationalité française - ou à cinq ans de travail effectif dans le pays. Avec cette disposition, la France opérerait pour la première fois une distinction entre citoyens français et étrangers sur son sol. "Ce sont les acquis de la Révolution française qui seraient remis en cause", alerte le constitutionnaliste Dominique Rousseau.

A ce mécanisme de discrimination légale, s'ajouteraient plusieurs dispositions chocs. D'abord, un durcissement des conditions d'accès à la nationalité française: le droit du sol serait supprimé au profit du droit du sang. Ne pourraient plus être françaises que les personnes dont l'un des parents est Français. Le RN prévoit aussi de mettre fin à l'acquisition de la nationalité par le mariage et de durcir la naturalisation qui serait encadrée par la loi de manière plus stricte. Le regroupement familial, héritage des années Giscard, une innovation française qui a inspiré tant de pays européens, serait quant à lui "interdit" ou "limité", concrétisant un vieux rêve de l'extrême droite.

"Projet viscéralement xénophobe"

"Il s'agit d'un projet viscéralement xénophobe, avec une arrière-pensée ethniciste", s'alarme Sami Naïr, universitaire et ancien délégué interministériel aux migrations du gouvernement Jospin. Pour s'épargner une avalanche de recours devant la Cour européenne des droits de l'homme ou la Cour de justice de l'Union européenne, qui ont déjà rejeté des dispositions semblables par le passé, Marine Le Pen a prévu d'inscrire d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles