La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 542,89
    +1 107,75 (+2,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Avec Marine Le Pen, Gérald Darmanin fait une grosse bourde politique

·2 min de lecture

EDITO. Lors de son débat sur France 2, le 11 février, le ministre de l'Intérieur a dédiabolisé la cheffe du Rassemblement National, apparaissant même plus radical qu'elle, en attaquant l'islam et pas seulement l'islamisme. Une bourde politique qui risque d'avoir un effet repoussoir sur l'électorat de gauche, qui sera très précieux en cas de duel Macron-Le pen au second tour, en 2022.

Gérald Darmanin avait accepté de débattre sur France 2 avec Marine Le Pen persuadé de ratiboiser la présidente du Rassemblement national, de l’exécuter net comme précédemment Emmanuel Macron avait su le faire. Mais le ministre aurait dû savoir que l’histoire jamais ne se répète deux fois à l’identique. Certes, Marine Le Pen, fâchée comme à l’accoutumée avec les chiffres, s’est égarée à quelques reprises. Mais le ministre aurait dû réaliser que ces bourdes à répétition ne rebutent aucun de ses électeurs. Elle s’est d’ailleurs permis de claquer d’emblée Gérald Darmanin, le laissant penaud et décontenancé quand elle a utilisé à son bénéfice entier le récent livre du ministre de l’intérieur, "Le séparatisme islamiste. Manifeste pour la laïcité": "à part quelques incohérences, j’aurais pu signer le livre". Flèche plantée plein cœur. À laquelle Darmanin, évoquant le combat nécessaire, indispensable, contre l’islamisme, ne trouvera que cette réplique: "dans sa stratégie de dédiabolisation, Mme Le Pen en vient à être quasiment un peu dans la mollesse, il faut reprendre des vitamines. Vous dites que l’islam n’est même pas un problème". Formule pour le moins malhabile et malheureuse.

Un cadeau offert à la cheffe de l'extrême droite

Le ministre de l’intérieur a-t-il voulu jouer avec l’ironie, utilisant ainsi le deuxième, voire le troisième degré? Dangereuse dialectique au demeurant: comment est-il seulement possible que Darmanin , dont les observateurs jusque là vantaient la subtilité politique, n’ait pas anticipé qu’ainsi il offrait un inattendu cadeau à la cheffe de l’extrême-droite, la dédiabolisation par procuration? Comment a-t-il pu lui abandonner à ce point le champ de la modération, ouvrant ainsi à la présidente du Rassemblement national un début de chemin au sein de l’électorat de la droite républicaine? Marine Le Pen dans le texte, face à Gérald Darmanin héberlué parce qu’il lui a offert cette sortie sur un plateau: "je n’entends pas m’attaquer à l’islam qui est une [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi