La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 176,96
    +201,69 (+0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Marine Le Pen dénonce "la complaisance" du gouvernement avec les Black Blocs

·1 min de lecture

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a dénoncé lundi le "désordre récurrent qui s'installe" en France avec un gouvernement qui a "perdu le contrôle" mais fait, selon elle, preuve de "complaisance" avec les Black Blocs. "On a le sentiment qu'il y a un désordre récurrent qui s'installe dans notre pays" car "on est confronté à des violences qui sont systématiques, des violences de rue", a déploré sur France 2 la députée du Pas-de-Calais.

Une soixantaine de policiers et gendarmes blessés 

Une soixantaine de policiers et gendarmes (39 en régions et 23 à Paris) ont été blessés et 81 personnes ont été interpellées samedi lors des manifestations contre le texte "Sécurité globale" et les violences policières, selon un bilan du ministère de l'Intérieur.

>> LIRE AUSSI - Manifestation anti-loi sécurité globale : "On n'est pas contre la police, mais il faut que ça change"

"J'attends d'abord du ministre de l'Intérieur qu'il m'explique pourquoi rien n'est fait contre les Black Blocs, c'est-à-dire ces milices d'extrême gauche qui, dans les cinquante dernières manifestations ont systématiquement pillé, cassé, attaqué les forces de l'ordre", a réclamé Marine Le Pen.

"Il y a une forme de complaisance, ils sont armés et je ne comprends pas pourquoi est-ce qu'on ne leur applique pas la législation sur les ligues, c'est-à-dire pourquoi ne sont-ils pas dissous?", a-t-elle critiqué.

"Chaos perpétuel"

"On a le sentiment, et pas seulement avec ce gouvernement mais peut-être déjà av...


Lire la suite sur Europe1