Marchés français ouverture 8 h
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    0,9804
    -0,0015 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 589,97
    -270,84 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Marine Le Pen écrase le match entre Bardella et Aliot

AFP - Pascal GUYOT

Inédite, l’élection d’un non Le Pen à la présidence du parti d’extrême-droite le 5 novembre prochain ne marquera pas pour autant le début d’une nouvelle ère. Aux yeux des élus et militants, Marine Le Pen demeure la cheffe de file incontestée du Rassemblement national et la candidate naturelle pour 2027.

C’est un lancement de campagne où les discours des deux candidats à l’élection durent moins longtemps que celui de la sortante. Le 18 septembre, à l’occasion des journées parlementaires du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen a laissé peu de place aux deux prétendants à sa succession à la tête du parti. Le député européen, Jordan Bardella, et le maire de Perpignan, Louis Aliot, ont tout juste eu le temps de présenter les grandes lignes de ce que serait leur présidence, avant que la cheffe de file de l’extrême-droite tricolore prononce son grand discours de rentrée.

Tout est fait au sein du RN pour minimiser l’enjeu de l’élection du prochain président du parti. Sur le papier, le changement est pourtant historique. Le 5 novembre prochain, ce sera la première fois en cinquante ans d’existence que le FN, devenu RN, sera présidé par un non Le Pen.

"Leader incontesté"

Dans les faits, personne à l’intérieur du parti n’y voit un changement d’ère. "Avec 41% au deuxième tour de la présidentielle et 89 députés, Marine Le Pen a mené notre camp à un niveau inégalé et est notre leader incontesté, relève le député Philippe Ballard. La meilleure preuve est qu’entre députés, nous ne parlons quasiment pas du match entre Jordan et Louis."

Le 17 septembre, Marine Le Pen a certes un peu relancé l’intérêt pour la compétition en assurant dans qu’elle ne se présenterait à la prochaine élection présidentielle qu’en cas de "circonstances exceptionnelles". Faut-il comprendre qu’en dehors de telles circonstances, le prochain président du RN serait le candidat naturel du RN en 2027? "En disant cela, elle ne se ferme aucune porte car tout dépend de la définition des circonstances exceptionnelles", s’amuse l’eurodéputé Jean-Paul Garraud. "Même si elle renonçait, il y aura un autre congrès dans trois ans qui pourrait être l’occasion de désigner notre candidat", complète le député Franck Allisio.

"Marine ira en 2027"

"Ma conviction est que Marine ira, confie son conseiller spécial et beau-fr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi