Publicité
La bourse ferme dans 1 h 46 min
  • CAC 40

    7 996,01
    +14,50 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 923,95
    +9,82 (+0,20 %)
     
  • Dow Jones

    37 893,29
    +139,98 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0654
    -0,0020 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    2 405,10
    +16,70 (+0,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 406,53
    -584,99 (-0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,27
    +0,58 (+0,70 %)
     
  • DAX

    17 776,38
    +6,36 (+0,04 %)
     
  • FTSE 100

    7 852,97
    +4,98 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 637,11
    -46,26 (-0,29 %)
     
  • S&P 500

    5 019,68
    -2,53 (-0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • GBP/USD

    1,2447
    -0,0009 (-0,07 %)
     

Marina Carrère d’Encausse : l’animatrice se confie sur Antoine, son compagnon atteint de la maladie de Charcot

CEDRIC PERRIN / BESTIMAGE

Depuis 2000, Marina Carrère d’Encausse est aux commandes du magazine de la santé. Dans la célèbre émission de France 5, l’animatrice met en avant les problématiques de santé. Diffusé du lundi au vendredi à 13 h 40 sur France 5, le magazine dévoile des reportages inédits et des échanges entre des experts et patients présents sur le plateau. Ce mardi 5 septembre 2023, Marina Carrère d’Encausse a accordé une interview inédite à nos confrères de Télé Loisirs. Elle y a évoqué son prochain documentaire et s’est livrée sans filtre sur la maladie de charcot. Un sujet qui lui tient particulièrement à cœur puisque son conjoint est directement concerné. Cette maladie mortelle qui entraîne une dégénérescence progressive des muscles moteurs tels que la parole, les membres supérieurs, respiratoires, etc. L’espérance de vie est en moyenne entre trois à cinq ans.

C’est avec beaucoup d’émotion, que la célèbre présentatrice de France Télévisions s’est confiée à Télé Loisirs. Dans l'interview dévoilée ce mardi 5 septembre 2023, Marina Carrère d’Encausse a partagé ces rares confidences : "Antoine est venu me voir un jour pour me proposer qu'on fasse un documentaire sur la fin de vie car il refusait d'aller un jour en Belgique pour finir sa vie dignement car l'euthanasie y est légale. Il voulait donc faire changer la loi française….", a-t-elle précisé. Dans la suite de son entrevue, la journaliste a dévoilé de plus amples détails : "À l'époque, le documentaire ne s'est pas réalisé, mais, plus tard, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite