Publicité
La bourse ferme dans 44 min
  • CAC 40

    7 658,63
    -48,26 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 933,33
    -17,65 (-0,36 %)
     
  • Dow Jones

    39 247,90
    -163,31 (-0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,0703
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 338,10
    -6,30 (-0,27 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 863,41
    +706,32 (+1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 285,75
    +36,63 (+2,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,56
    -0,07 (-0,09 %)
     
  • DAX

    18 171,15
    -154,43 (-0,84 %)
     
  • FTSE 100

    8 256,67
    -24,88 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    17 634,87
    +138,06 (+0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 459,56
    +11,69 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2684
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Marina Carrère d’Encausse : face à la maladie incurable de son compagnon, elle se dit "prête" à l'aider à mourir

LIONEL URMAN / BESTIMAGE

Pour Marina Carrère d'Encausse, les choses "sont allées très vite". Sur les ondes de France Inter, mardi 5 septembre 2023, la journaliste a expliqué être "tombée amoureuse en quinze jours de quelqu'un qui a une maladie incurable". Antoine, son compagnon, est atteint de la maladie de Charcot, qui provoque une dégénérescence rapide des neurones moteurs et conduit souvent à la mort. Médecin, il a arrêté de travailler lorsqu'il a appris être atteint de ce trouble qui touchait notamment le physicien Stephen Hawking ou l'humoriste Jean-Yves Lafesse. "Il est venu nous proposer d'en faire un documentaire consacré à sa maladie, pour qu'elle éclaire une évolution de la loi", s'est souvenue l'ex-complice de Michel Cymès dans Le Magazine de la santé. Le résultat, intitulé Fin de vie : pour que tu aies le choix, sera diffusé sur l'antenne de France 5 le 26 septembre 2023. Avec son compagnon, la journaliste qui a perdu sa mère dit vivre une relation "plus intense" et "beaucoup plus essentielle" car ils n'ont "pas beaucoup de temps à perdre". À ses côtés, elle a aussi entamé une réflexion sur la fin de vie et sur le recours à l'aide active à mourir en France. Aujourd'hui, c'est la loi Claeys-Leonetti qui régit la fin de vie des patients. Mise à jour le 2 février 2016, elle prévoit une "sédation profonde et continue, jusqu'au décès, en phase terminale" pour les "personnes malades et les personnes en fin de vie".

Une législation qui n'est "pas suffisante" pour Marina Carrère d'Encausse. "En France (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite