La bourse est fermée

Sous-marin privé, oeuvres d'art... les folies des palaces pour séduire les ultrariches

Sages et ronronnants, les hôtels ? Pour rester dans la course sur un marché en pleine croissance et retenir une clientèle blasée, palaces et cinq étoiles cherchent à provoquer l’émotion. Et ils y parviennent.

César Ritz, disparu il y a un siècle, a bâti sa réputation d’hôtelier en offrant ce qu’on ne trouvait pas ailleurs: des salles de bains. Il faut aujourd’hui s’y enfermer pour échapper à l’enthousiasme d’un concierge débordant d’idées pour agrémenter votre séjour. Ici (La Réserve Paris) on vous suggère de réserver Vaux-le-Vicomte pour passer Noël en famille, là (Park Hyatt Paris-Vendôme), de confier votre brushing au coiffeur de Monica Bellucci qui a sa suite au même étage. Plus moyen de se balader pépère dans les vignobles d’Aix-en-Provence (Villa Baulieu) : on vous y a organisé un safari en 4x4. Et si vous vous offrez un petit week-end dans le Luberon (La Coquillade), l’ancien lièvre de Jeannie Longo vous attend pour une balade en VTT. L’expérience, l’expérience, entend-on à tout bout de couloir. Certes, les hôtels sont des territoires privilégiés de l’innovation.

Hier, les atouts et les secrets d’une adresse se dévoilaient par hasard au client curieux. Attablé à l’Hostellerie de Plaisance, au coeur de Saint-Emilion, on apprenait que sous nos pieds se trouve la célèbre église monolithe troglodyte, et on y accédait en pleine nuit par un souterrain secret. Désormais, le storytelling des palaces fait feu de tout bois pour créer la différence et provoquer la curiosité. Ainsi, cet hiver, le Brown’s de Londres met en avant la suite où Rudyard Kipling a écrit Le Livre de la jungle, à grand renfort de marketing. Rénovation dans l’esprit du prestigieux passé de l’hôtel, édition spéciale de l’ouvrage, seul Mowgli manque dans la corbeille. « Le développement de l’hôtellerie est allé de pair avec une certaine uniformisation », regrette Sophie Arbib, d’Exclusif Voyages. Selon une étude menée par la société de conseil Coach Omnium, 45% des clients se plaignent de l’uniformité des établissements.

Déco design et services sur mesure

Aujourd’hui, la tendance s’inverse donc. Il faut se différencier à tout prix. En proposant, par exemple, un service sur mesure et sans faute. Comme à Frégate Island Private, un hôtel des Seychelles à 6.000 euros la nuit : chaque matin, le personnel dépose sur chaque plage sauvage de la petite île où est situé l’hôtel un panier de serviettes fraîches et de friandises. Juste au cas où un client viendrait s’y baigner. Plus encore que l’hélicoptère nécessaire pour y accéder, ce genre d’attention justifie des prix à faire verdir le lagon. On espère ainsi toucher et surprendre une clientèle qui a tout vu et tout vécu. «Quand je propose de réserver une soirée dans la Pyramide du Louvre avec entrée privée à l’expo de Vinci, on soupire “vous n’avez pas autre chose ?”», s’amuse la chargée des relations publiques d’un grand palace parisien. (....)

Lire la suite sur Capital

Ce contenu peut également vous intéresser :