Mariage homo : "Que tout le monde ait les mêmes droits"

"Est-ce qu'on veut se marier ? Oui !" "Ah bon ? Non, je plaisante…" Pour la suite, on verra, mais Corine et Odile se sont en tout cas mises d'accord pour manifester en faveur du mariage pour tous à Paris ce dimanche 27 janvier. Les deux élégantes quinquagénaires s'aiment, et elles rejoignent un groupe d'amis à Port-Royal, sous un frais soleil.

"Concernés" par le projet de loi ou "solidaires", homos ou hétéros, ils viennent de Paris ou de région parisienne, sauf Mohamed, qui arrive de Lyon. "Il n'y aucune raison que tout le monde n'ait pas les mêmes droits", lance celui qui a déjà manifesté la veille dans le Rhône. "Le mariage homo, c'est une avancée sociale", complète Gérard, grisonnant sous sa casquette. "Certains se sont battus contre le Pacs, mais ça n'a pas bouleversé la société pour autant".

Tous sont persuadés d'avoir l'histoire avec eux. "Les mariages mixtes ont soulevé des réticences du même acabit par le passé, aujourd'hui ça ne pose aucun problème. Ce sera pareil pour le mariage homo", argue Olivier, alors qu'un drapeau arc en ciel montré à un balcon en signe de soutien aux manifestants déclenche des applaudissements et des cris d'approbation dans le cortège. Le quinquagénaire revendique simplement le "droit de vivre autrement sans faire de mal et sans rien enlever à qui que ce soit d'autre".

Homophobes, les anti ? "Ils ont peur", avance la blonde Sylvie. "Être contre le mariage pour tous, c'est ne pas reconnaître les mêmes droits aux homo, donc oui c'est être homophobe", estime quant à elle Eliane. La démonstration de force des opposants au texte, qui a suscité la "tristesse" de Corine, les a "d'autant plus motivés" à descendre dans la rue ce dimanche.

"C'est (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Mariage homo : "Que tout le monde ait les mêmes droits"
Mariage homo : ce que dit le projet de loi
Michel Onfray : "Sodomites de tous les pays, unissons-nous !"
Benoist Apparu : "Je ne crois pas aux dérapages des députés UMP"
Mariage homo : à droite, qui votera quoi ?