Mariage homo : Benoist Apparu votera le texte

L'ex-ministre UMP Benoist Apparu annonce qu'il votera le projet de loi instaurant le mariage entre couples du même sexe, qui "répond à une évolution naturelle" et marque une "reconnaissance de l'amour homosexuel".

Dans une interview au "Parisien-Aujourd'hui en France" mercredi 23 janvier, le député de la Marne, qui fut ministre du logement de Nicolas Sarkozy, indique ainsi :

J'ai décide de voter en faveur du projet d loi sur le mariage pour tous. La première raison, la plus importante à mes yeux, c'est la reconnaissance de l'amour homosexuel", qui "est tout aussi légitime que l'amour hétérosexuel. Lui donner un cadre social et culturel me paraît une nécessité", argumente Benoist Apparu, 43 ans, qui aurait cependant préféré une "union civile".

De même, il faut, à ses yeux, "sécuriser" les quelque "40.000 enfants qui vivent en France dans des familles homoparentales". "J'aurais préféré là aussi une autre solution, par exemple un statut du beau-parent, mais le projet de loi permet de donner un cadre légal à ces familles".

La PMA et la GPA jugées "inacceptables"

Par ailleurs, l'ex-ministre juge la procréation médicale assistée et la gestation pour autrui "inacceptables". Mais "le texte tel qu'il est aujourd'hui, sans la PMA ni la GPA ne me paraît pas menacer la famille, il répond à une évolution naturelle. Mais je reconnais que le projet engage une vision de société, donc il ne faut pas balayer d'un revers de main les débats, les manifestations, les oppositions, comme l'a fait la majorité."

"Je suis partisan d'un référendum sur ce sujet", dit enfin Benoist Apparu qui "ne pense pas" que la droite reviendra sur le texte en cas de succès en 2017, et "ne le souhaite pas".

Avec Franck (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Mariage homo : Benoist Apparu votera le texte
Mariage homo : "référendum", "référendum", scande la droite
Les opposants au mariage homo seront reçus vendredi à l'Elysée
Mariage homo : l'UMP cherche la parade à l'Assemblée
Manifeste : au mariage pour tous, nous disons oui