Marchés français ouverture 7 h 48 min
  • Dow Jones

    34 033,67
    -265,66 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    14 039,68
    -33,22 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,1998
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,66 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    32 053,13
    -1 630,26 (-4,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    961,10
    -31,37 (-3,16 %)
     
  • S&P 500

    4 223,70
    -22,89 (-0,54 %)
     

"Marche citoyenne" des policiers ce 19 mai: la perte de sens au quotidien

·Journaliste
·1 min de lecture
Face aux lourdeurs administratives, à la pression du résultat et à une apparente absence de réponse pénale pour les criminels, de plus en plus de policiers se disent en quête de sens dans leur métier (photo d'illustration prise en octobre 2020 et montrant un contrôle de police réalisé par une BAC de nuit à Paris). (Photo: THOMAS COEX / AFP)
Face aux lourdeurs administratives, à la pression du résultat et à une apparente absence de réponse pénale pour les criminels, de plus en plus de policiers se disent en quête de sens dans leur métier (photo d'illustration prise en octobre 2020 et montrant un contrôle de police réalisé par une BAC de nuit à Paris). (Photo: THOMAS COEX / AFP)

POLICE - “Aujourd’hui, on ne devient plus enquêteur, on devient gratte-papier...” Ce mercredi 19 mai, l’immense majorité des organisations syndicales de la police nationale appellent à un rassemblement devant l’Assemblée pour dénoncer les conditions de travail des forces de l’ordre et réclamer une réponse judiciaire plus sévère contre les agresseurs de policiers et gendarmes.

Des revendications portées de longue date par la profession -et qui auraient dû être évoquées le 22 mars dernier dans le cadre du “Beauvau de la Sécurité”, décalé à cause du confinement- et qui prennent une dimension nouvelle ces dernières semaines après l’attentat de Rambouillet, la mort d’Éric Masson à Avignon ou le fonctionnaire victime d’un projectile dans la Loire.

Dès le début du “Beauvau”, tout début 2021, cette nécessité de repenser les relations entre police et justice, en particulier pour sanctionner plus durement les agresseurs de policiers, avait été agitée par les organisations syndicales. Alliance et Unsa avaient même conditionné leur participation aux débats à ce que soit abordée la réponse pénale, c’est-à-dire les suites qui sont données par la justice au travail des fonctionnaires de police sur le terrain. En clair, de se poser officiellement la question suivante: le travail des policiers donne-t-il réellement lieu à des condamnations? Et par conséquent, ceux-ci peuvent-ils réellement se sentir utiles à la société?

Une interrogation d’autant plus partagée dans les rangs de la police qu’un sentiment de perte de sens s’y est d...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.