Marchés de taux:PMI montent en Europe mais chutent en France

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA29,980,88

(CercleFinance.com) - Le FMI continue d'assurer la publicité de son changement de stratégie en suggérant à David Cameron d'assouplir un peu les mesures d'austérité qui brident la croissance du Royaume Uni.
Le (Paris: FR0000072399 - actualité) pays connait les pires conditions d'endettement et de misère sociale des 30 dernières années, même le poumon économique du pays -la 'City'- continue de licencier.
Le rendement des 'Guilts' s'est légèrement détendu ce jeudi avec untaux évoluant de part et d'autre du seuil des 2,000%.

Les émissions obligataires des pays périphériques et des banques sortent à un rythme soutenu depuis le début de l'année et trouvent facilement preneur: le retour de 'l'appétit pour le risque' n'est pas une légende et les écarts de rendement poursuivent leur contraction bien plus rapidement que la situation des émetteurs ne s'améliore concrètement.
Le niveau des créances douteuses détenues par les institutions bancaires continue de progresser et cela n'inquiète absolument plus les investisseurs en quête de rendement.

De même, la dévaluation compétitive du Yen par le biais d'injections monétaires illimitées ne pèse pas davantage sur le rendement des bons du Trésor nippons: il reste invariablement scotché à une plancher de 0,74/0,75% malgré un endettement global de 225%.

Pas de mouvement non plus sur les T-Bonds US se soir (ils repassent de 1,825 à 1,835%, un écart purement technique négligeable) après la publication d'un nouveau recul du chômage de -5.000 à 330.000 en données hebdomadaires (le chiffre le plus bas depuis 5 ans), les indicateurs du Conference Board progressant de +0,5% (contre +0,3% anticipé).

L'information principale des dernières 24H demeure l'approbation du relèvement de la dette pour 4 mois par la Chambre des représentants (âs de surprise... et ce plafond a été relevé plus de dix fois au cours des dix dernières années).

Ce matin, l'indice PMI du secteur manufacturier chinois est ressorti à 51,9 en janvier, son meilleur niveau en deux ans, contre 51,5 en décembre... mis le PMI des services reste faible.
Le panorama de l'activité est assez contrasté en zone euro : les chiffres françai sont très médiocres et trahissent un climat de récession au vu de l'indice PMI composite de Markit: l'indice se replie de 44,6 vers 42,7 d'un mois sur l'autre, atteignant un plus bas de presque quatre ans.

Par contraste la conjoncture s'est globalement améliorée en janvier dans l'Eurozone sous l'impulsion du rebond du secteur privé en Allemagne (le PMI des services grimpe de 53 vers 55,3), selon les premiers résultats des enquêtes mensuelles Markit.

L'indice composite - qui regroupe les secteurs des services et manufacturier - a atteint 48,2 en janvier contre 47,2 en décembre, ce qui pourrait suggérer selon certains analystes que l'activité économique a connu son point bas dans la région au quatrième trimestre... mais il n'est pas granti que l'Allemagne soutienne la cadence car la 'guerre des devises' relancée par le Japon a pour but de concurrencer la Corée du Sud et les produits 'made in Germany'.

Après plusieurs semaines de silence, Angela Merkel s'est exprimée ce jeudi depuis Davos pour exprimer son inquiétude au sujet de l'effondrement du Yen (-20% depuis mi-novembre) et qui n'est pas terminé si l'on en croit Shinzo Abe qui vise une parité de 100/$, soit probablement pas loin de 130/133Yen contre l'Euro.





Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.