Marchés de taux: du mieux en Espagne, tension sur les Bunds.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA29,840,14
BCE.TO48,530,14

(CercleFinance.com) - Mario Draghi continue de se montrer confiant sur une ' normalisation ' des primes de risque exigées par les marchés pour refinancer les pays du Sud... et désormais l'Irlande qui vient d'effectuer son retour sur les marchés mardi.
Il note un bel afflux de capitaux sur les dettes européennes, ce qui démontre le retour des non-résidents sur les émissions périphériques.

La décision du maintient du taux directeur à 0,75% a été prise à l'unanimité contrairement à la précédente réunion où certains gouverneurs avaient souhaité examiner l'opportunité d'un assouplissement supplémentaire de la politique monétaire (sur fond de récession).

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) patron de la BCE (Toronto: BCE.TO - actualité) estime que l'inflation va rester 'contenue' sous 2% et que l'activité en Europe devrait se redresser d'elle-même au cours de l'année 2012, mais il se refuse à commenter le redressement de l'Euro qui se poursuit face au Yen et au Dollar (il a grimpé de +1,1% vers 1,32$ en quelques heures): la BCE renvoie les marchés aux termes des dernières synthèses du 'G-20' au sujet des changes.

Pas de nouveau LTRO ' dans les tuyaux ' alors que d'autres pays (Japon, USA, UK) font tourner la planche à billet sans état d'âme : le marché bancaire est bien alimenté en liquidité et les statuts de la BCE fixent la stabilité des prix comme principale priorité, ce qui écarte des initiatives improvisées pour soutenir la croissance et notamment le ' plein emploi '.

L'autre évènement marquant ce jeudi s'est déroulé en Espagne, laquelle a procédé ce jeudi à l'émission de 5,816 MdsE de dettes à moyen et long termes, soit bien plus que le montant maximum visé de 5MdsE, profitant d'une nette embellie sur les marchés pour la première émission de 2013.
Le succès de l'émission a provoqué une soudaine détente du rendement de la dette secondaire, de 5,135% vers 4,99% (sous le seuil psychologique des 5%) : le ' spread ' (prime) par rapport au Bund allemand est retombé à 345 points de base jeudi.

Ceci éloigne encore un peu plus la perspective d'une demande d'aide, synonyme d'une mise sous tutelle extérieure, d'inspiration germanique.
'L'Espagne n'a pas besoin de sauvetage ', martèle le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, qui souligne 'l'amélioration des conditions du marché depuis le début des mois'.

Mais la dette publique espagnole en circulation continue de progresser à près de 690MdsE, soit +100MdsE rien que pour l'année 2012 (soit +16,5%) et la réduction des déficits voulue par le gouvernement passe par des mesures d'hyper-austérité dont l'impact sur l'économie pourrait s'avérer contreproductive.
Cette journée fut aussi marquée par la poursuite de la divergence entre les taux longs français et allemands avec des Bunds dont le rendement refluait légèrement vers 1,47% (1,49% la veille) tandis que la rémunération des OAT remonte vers 2,12% (contre 2,08% la veille).
Mais les 'Bunds' se sont mis à corriger en milieu d'après midi et affichaient 1,563% au final
Les ' guilts ' britanniques restent stables autour de 2,09%.

Pas de réaction des T-Bonds US à 14H30 à la hausse de 4.000 demandeurs d'emplois la semaine dernière aux Etats Unis (à 371.000) mais une dégradation s'est enclenchée en fin d'après midi et le '10 ans' se dégrade de 0,04Pts à 1,89%.




Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.