Marchés de taux: la défiance envers les PIGS ressurgit.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA30,010,03

(CercleFinance.com) - Cette journée de tension et de mauvaise humeur sur les marchés obligataires s'achève sur une petite note positive: dans son 'témoignage' devant le Congrès, Ben Bernanke a dissipé les craintes d'arrêt prématuré de sa politique de 'quantitative easing'.

Il est normal que la FED 'discute' de certains sujets mais la stratégie de soutien massif à l'économie américaine doit être poursuivie.
Même si 'certains' de ses collègues (et ils sont peut être une majorité) doutent de l'efficacité du 'QE-3', c'est la ligne Bernanke qui prévaut et c'est cela qui importe aux marchés.

La patron de la FED rappelle cependant que sa politique d'injection ne 'peut pas tout' et que les Etats Unis doivent s'attaquer à la question des déficits.
Il a minimisé l'impact récessif d'une mise en oeuvre -dans le pire scénario- des coupes budgétaires automatiques prévues depuis l'été 2011(les effets seront longs à se faire sentir).

Toujours aux Etats Unis, les chiffres du jour furent de 'bonnes surprises' avec une belle hausse de l'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board (il s'établit à 69 en février contre 58,6 en janvier et 62 anticipé).
L'autre bonne surprise provient du bond de +15,6% des ventes de logements neufs en janvier aux USA (à 437.000 en rythme annualisé contre 380.000 attendu après 369.000 en décembre).
Peu d'impact sur les T-Bonds dont le rendement a continué de se détendre légèrement en fin d'après-midi vers 1,845%.

En Europe, l'imbroglio politique qui a surgi hier vers 16H avec des projections qui donnaient une courte majorité du centre-gauche à l'Assemblée et pas de majorité au Sénat a replongé le pays dans ses vieux démons, avec un futur Président du Conseil (P.L Bersani) incapable d'imposer un cap économique et fiscal, à moins de consentir des alliances contre nature, avec des renvois d'ascenseur nuisant à l'intérêt général.

La coalition de Silvio Berlusconi se retrouve en capacité de bloquer les initiatives du centre gauche au Sénat.
PierLuigi Bersani n'est d'ailleus majoritaire que de l'épaisseur du trait, à la Chambre des députés: aucune voix de son groupe ne saurait manquer lors du vote des futures Lois.

La défiance à l'encontre de la dette italienne profite prioritairement au Bund (-10Pts de base à 1,455%), au '10 ans' helvétique (-5Pts à 0,72%... mais en pourcentage, cela fait beaucoup) et dans une moindre mesure aux OAT (-3Pts de base à 2,21%).

Les 'BTP' italiens -en pleine tourmente- affichent ce soir 4,9% (contre 3,98% lundi vers 15H15) et retrouvent là des niveaux qu'ils n'avaient plus connu depuis novembre dernier.
Le (Paris: FR0000072399 - actualité) '10 ans' italien évoluait plutôt entre 4,30 et 4,50% depuis le début de l'année... avec une tendance à la remontée progresive du rendement.

Par contagion, les 'bonos' espagnols ont vu leur rendement remonter à 5,6% cet après-midi.
Le '10 ans' portugais poursuit également sa dégradation à 6,56% (+40Pts de base en 24H) contre une fourchette de 6,10/6,25% observée la semaine dernière.
Même le '10 ans' grec reperd ce qu'il avait gagné la veille avec un score de 11,11% contre 10,9% lundi soir.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.