Publicité
La bourse ferme dans 7 h 19 min
  • CAC 40

    7 651,60
    -19,74 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 928,05
    -19,68 (-0,40 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0689
    -0,0017 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 378,80
    +9,80 (+0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 084,58
    -1 544,77 (-2,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 345,74
    -14,58 (-1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,13
    -0,16 (-0,20 %)
     
  • DAX

    18 205,94
    -48,24 (-0,26 %)
     
  • FTSE 100

    8 250,54
    -21,92 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 047,73
    -287,59 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2652
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Les marchés financiers réagissent à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale

La Bourse de Paris a chuté de 1,88 % dans les premiers échanges boursiers de ce lundi 10 juin.  - Credit:Shutterstock/Sipa
La Bourse de Paris a chuté de 1,88 % dans les premiers échanges boursiers de ce lundi 10 juin. - Credit:Shutterstock/Sipa

Le coup de tonnerre se sera fait entendre jusque dans les marchés financiers. Ce lundi 10 juin, au lendemain de l'annonce surprise d'une dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron, et d'une victoire écrasante du RN aux élections européennes, de premières réactions s'observent dans les milieux financiers.

Le taux d'intérêt des obligations d'État à 10 ans – qui supportent l'essentiel du financement public – est passé de 3,10 % lors de la clôture de vendredi à 3,17 % vers 10 h 45 ce lundi. Si on avait déjà flirté avec ce niveau pendant les journées des 29, 30 et 31 mai, il faut remonter au 29 novembre 2023 pour retrouver un taux aussi élevé.

« Évolution chaotique »

L'écart par rapport à son équivalent allemand se creuse, passant de 0,495 % vendredi à près de 0,55 % ce lundi matin, comme le fait observer sur X (ex-Twitter) Éric Dor, directeur des études économiques à l'école de management IESEG.

PUBLICITÉ

L'économiste François Ecalle, bon connaisseur des questions de finances publiques, remarque, sur le même réseau social, que « la perspective d'un gouvernement RN a plus d'effet sur les marchés que la dégradation, le 1er juin, de la note de solvabilité de la France par l'agence de notation Standard and Poor's ».

À LIRE AUSSI Dissolution : l'aveu de faiblesse d'Emmanuel Macron La Bourse de Paris a chuté de 1,88 %, ce lundi, dans les premiers échanges. Le secteur bancaire était le plus pénalisé par ce contexte d'incertitudes : Société générale chutait de 5,19 % à [...] Lire la suite