La bourse ferme dans 4 h 35 min

Les marchés actions plongent, les Etats-Unis redoutent une pandémie

Les marchés d'actions vont-ils céder à la panique ? Wall Street a dévissé mardi pour la deuxième journée de suite, les investisseurs craignant que l'épidémie de nouveau coronavirus ne se transforme en pandémie et se réfugiant dans les obligations d'Etat, dont les taux sont tombés à des plus bas historiques. Le Dow Jones Industrial Average, a chuté de 3,15% à 27.081,36 points. L'indice vedette de la Bourse new-yorkaise s'est effondré de près de 7% depuis le début de la semaine. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a abandonné 2,77% à 8.965,61 points et l'indice élargi S&P 500 a lâché 3,03% à 3.128,21 points.

Howard Silverblatt, spécialiste des indices chez S&P Dow Jones Indices, estime que le S&P 500 a perdu au total 810 milliards de dollars mardi, 2.138 milliards depuis son record mercredi dernier. Selon Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services, les acteurs du marché s'alarment devant la propagation à grande échelle de l'épidémie de pneumonie virale, notamment en Italie où les autorités ont fait état mardi soir de 322 cas dont dix décès. "Pour un investisseur américain, ce n'est pas l'Italie au niveau économique qui l'inquiète, mais le fait que, petit à petit, il faut absolument revoir à la baisse les taux de croissance globaux", explique l'expert. Les perspectives d'un rebond rapide s'éloignent alors que de plus en plus d'entreprises annoncent s'attendre à pâtir des conséquences économiques du coronavirus, ajoute-t-il.

>> A lire aussi - Le coronavirus remet les actions italiennes sous pression !

La compagnie aérienne United Airlines (-6,5%) a, par exemple, suspendu lundi soir ses prévisions financières pour 2020, expliquant que "l'éventail des scénarios possibles" liés au nouveau coronavirus était "trop large pour fixer actuellement des objectifs". L'entreprise s'inscrit ainsi dans le sillage de plusieurs grandes sociétés ayant prévenu que l'épidémie allait affecter leurs résultats, à l'instar d'Apple, de Procter & Gamble ou de Coca-Cola.

Le conseiller

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : le négociateur de l’UE craint que le Royaume-Uni ne tienne pas ses engagements
Cdiscount : découvrez les 10 promotions immanquables du jour
Tarifs bancaires : ces frais qui augmentent de nouveau en 2020
Prêts toxiques : BNP Paribas écope d’une lourde condamnation pour sa filiale crédit
Succession : ce rapport qui propose de supprimer la réserve héréditaire du conjoint survivant