Marché: 'spectaculaire stagnation' de Wall Street.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA29,840,14
GS-PB24,410,00
HPQ31,740,03
BA130,63+3,08

(CercleFinance.com) - 'Spectaculaire stagnation' de Wall Street de 16H30 à 22H, avec un nouveau record battu en matière d'absence de volatilité (moins de 0,25% de variation sur les 3 principaux indices US durant 6 heures... et un VIX au plancher à 13,4).

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) 'S&P' grappille 0,02% (à 1.472,63Pt) et parvient à inscrire un second record de clôture d'affilée tandis qu'Apple (+4,15%) dope à lui tout seul le Nasdaq (+0,23%) après l'avoir plombé la veille (Dell (NasdaqGS: DELL - actualité) à symétriquement recédé -4,6% à 12,61$ après +7% mardi soir).

Peu après la clôture, EBAY (NasdaqGS: EBAY - actualité) a publié un profit de 0,7$ par titre (0,69$ anttendu) et un chiffre d'affaire de 3,98Mds$ (la barre des 4Mds$ n'a donc pas été atteinte).
Petite déception en ce qui concerne les 'forecasts' du T1 2013 avec 0,61$ estimé contre 0,63$ espéré par le consensus: le reperdait les 0,7% gagnés en séance en transactions 'after hour' (et encore une stagnation).

Il y tout de même eu quelques écarts et notamment celui de Boeing (-3,4%) mais il a été compensé par une hausse de +4,1% de Hewlett Packard (NYSE: HPQ - actualité) .
Il est à noter que Boeing (NYSE: BA - actualité) a pesé à hauteur de -20Pts sur le Dow Jones (DJI: ^DJI - actualité) ... qui en a cédé 24 au final à 13.511Pts, ce qui met fin à une série de 5 hausses consécutives.

Wall Street n'a rien fait ce mercredi mais c'est assez cohérent vu la teneur des 'chiffres du jour' ni l'évolution des indices US (qui stagnent) n'expliquent ce regain de vigueur inattendu.

L'inflation est demeurée à un très bas niveau en décembre aux Etats Unis, les prix ne progressant que de +0,01% hors nourriture et énergie: les consommateurs ont bénéficié de la décrue temporaire des prix pétroliers en novembre puis début décembre mais le baril a repris +5% depuis.

La production industrielle US est ressortie à +0,2% en décembre (+0,1% anticipé) et à +1% sur l'ensemble de l'année, soit un niveau inférieur de moitié au taux d'expansion du PIB américain l'an dernier.

L'indice NAHB des constructeurs de maisons aux Etats Unis reste au zénith, à ses meilleurs niveaux avec un score de 47 (le meilleur observé depuis 7 ans, c'est à dire le 'pic' historique de 2006, alors que les transactions restent encore 2 fois moins nombreuses qu'à l'époque).

L'un des ' points d'orgue ' de cette séance de mercredi, ce fut la publication des trimestriels ' canons ' de Goldman Sachs (NYSE: GS-PB - actualité) (+4,1% à 141,4$)qui fait état d'un bénéfice par action de 5,60$ au 4ème trimestre, (contre 1,84$ un an plus tôt) nettement supérieur aux 3,50$ attendus.

Les profits nets pour l'année 2012 s'élèvent à 7,48Mds$, soit 14,13$ par action, contre 4,51$ l'année précédente, l'essentiel des gains provenant des activités fusion/acquisitions et des ' opérations pour compte propre ' (hausse de la valeur du portefeuille obligataire et d'actions) tandis que la production de crédit recule.

JP-Morgan (+0,6% ce soir) a pour sa part publié une hausse de 53% de ses profits au ' T4 ' (et +12,3% sur l'ensemble de 2012, à 21,3Mds$), essentiellement grâce aux 'reprises de provisions' sur créances immobilières (annulations selon la libre appréciation du risque par la banque)et aux activités de banque d'investissement et de financement... tout comme Goldman Sachs.

La surprise vient du chiffre d'affaire qui se contracte à 97Mds$ (contre 97,2) et ceci renforce le sentiment que seules les 'activités de marché' rapportent des profits substantiels à la firme tandis que les métiers traditionnels (crédit) sont au point mort.
Dans l'attente de ses trimestriels, Bank of America (Other OTC: BACYL - actualité) a gagné 2% mais Mellon Bank en a cédé -2,5%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.