Marché: le rachat grec profite à l'obligataire périphérique.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation

(CercleFinance.com) - Les écarts de rendements au sein de la zone euro se resserrent, les investisseurs revenant sur les obligations des pays périphériques après le succès de l'opération de rachat de dette de la Grèce.

Sur les taux à 10 ans, l'Allemand se tend d'un point de base à 1,33%, tout comme le Français à 1,97%, alors que l'Italien se détend de trois pb à 4,68% et l'Espagnol, de sept pb à 5,39%.

L'agence de gestion de la dette grecque va pouvoir racheter 31,9 milliards d'euros d'obligations auprès de ses créanciers privés, des titres rachetés à un prix moyen de 33,8% de leur valeur faciale. Le FESF devrait financer cette opération à hauteur de 11,29 milliards d'euros, soit 1,29 milliard de plus que ce qui était prévu initialement.

Ce rachat devrait résulter en une diminution de 20 milliards d'euros de la dette publique grecque, soit environ 10 points de pourcentage sur le ratio de la dette publique sur le PIB.

Le succès de l'opération était une condition nécessaire au déblocage d'une tranche d'environ 34,4 milliards d'euros de prêts, prévu lors de la réunion de l'Eurogroupe qui doit s'ouvrir ce jeudi à Bruxelles.

'Ceci dit, nous craignons que l'objectif d'un ratio dette nette sur PIB de 124% à horizon 2020 ne soit pas assuré', juge toutefois Natixis (Dusseldorf: 489526.DU - actualité) , qui attend plutôt 129% après prise en compte des mesures décidées en novembre.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.