Marché: l'euro toujours pénalisé par le discours de Draghi.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation

(CercleFinance.com) - Sur le marché des changes ce vendredi midi, la monnaie unique européenne continuait de consolider face au billet vert et s'affichait, ce midi, en retrait de 0,29% à 1,2921 dollar. Le regard sombre que la BCE porte sur la conjoncture européenne continue de peser. La devise est donc sur le point d'enchaîner sa 3ème séance de baisse de suite.

Notons que la correction est sensible par rapport au point haut de sept semaines atteint mercredi, à 1,3127 dollar.

La monnaie unique européenne pâtit toujours de l'abaissement sensible des prévisions économiques de la BCE pour la zone euro. Hier, Mario Draghi indiqué qu'en moyenne, la zone monétaire devrait connaître, en 2013, une récession de 0,3%, contre + 0,5% selon les précédentes prévisions datant de septembre. Toujours l'an prochain, l'inflation est maintenant attendue à 1,6%, contre 1,9% précédemment.

?L'évocation par le président de la BCE la possibilité d'établir un taux négatif pour la facilité de dépôt a aussi pesé sur la devise européenne?, ajoutent les analystes d'Aurel BGC.

Selon un cambiste nord-européen, le désaccord au sein de la banque centrale de Francfort à propos des taux négatifs sur les dépôts 'indique que les perspectives telles que les voient la BCE sont peut-être encore plus sombres que le marché ne le pensait'.

Face au yen, l'euro recule également de 0,29% à 106,46 yens, mais de seulement 0,14% contre le sterling à 0,8067. Selon RTFX, ?le gouverneur de l'institut d'émission, Mervyn King, a laissé la porte ouverte à un nouvel assouplissement monétaire après que le ministre des Finances britannique, George Osborne, a lancé un nouveau plan d'austérité sur cinq ans?.

Rien à signaler ce ce qui concerne le franc suisse, stable (- 0,01%) à 1,2090.

Du côté des statistiques, on a appris ce matin que le déficit commercial français s'est réduit à 4,7 milliards d'euros et la production industrielle britannique a reculé de 0,8% (celle de l'Allemagne doit être dévoilée en milieu de séance)

En outre, la production industrielle allemande a reculé de 2,6% en rythme mensuel en octobre, d'après le Ministère Fédéral de l'Économie et des Technologies. Cette contraction intervient après une baisse de 1,3% en septembre, chiffre révisé d'une estimation initiale de -1,8%.

Cet après-midi, les cambistes suivront de près la publication, par le Département du Travail, des créations d'emploi aux Etats-Unis en novembre, à 14h30. Selon le consensus, le taux de chômage devrait rester inchangé à 7,9%, avec un net ralentissement en vue des créations d'emplois sous l'effet de l'ouragan Sandy.

Le consensus vise officiellement 90.000 créations d'emplois dans le secteur non agricole le mois dernier, mais le curseur semble s'être déplacé vers 80.000 postes après l'enquête ADP (Euronext: ADP.NX - actualité) en demi-teinte parue mercredi sur le secteur privé.

'Les discours des chefs d'entreprises sont clairement mitigés en cette fin d'année', souligne Aurel BGC, expliquant que 'l'incertitude sur l'ampleur du durcissement de la politique budgétaire en 2013 est un frein aux embauches'.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.