Marché: l'euro tient la barre des 1,33 dollar.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BCE.TO48,960,23
BELI.PA28,96-1,13
PREMIER.BO57,000,55
^GDAXI9 409,71+91,89
ACE.MI10,650,25

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne se stabilisait mercredi midi contre la devise américaine suite à des prises des bénéfices après que la barre des 1,34 dollar l'euro ait été touchée. Vers 12 heures 50, l'euro grappille ainsi 0,11% à 1,3313 dollar, son point bas se situant à 1,3262.

'Si l'euro a perdu du terrain contre presque toutes les grandes devises hier, c'est parce que Mario Draghi n'a pas agi', indique un cambiste ce matin. Selon lui, les déclarations tièdes du patron de la BCE (Toronto: BCE.TO - actualité) contrastent avec celles des officiels japonais, qui ont la main sur les décision de leur banque centrale, et veulent clairement tout faire pour favoriser la croissance, comme aux Etats-Unis.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) cambiste indique que seul le luxembourgeois Jean-Claude, patron de l'Eurogroupe, semble s'inquiéter de la force relative de l'euro et de ses conséquences sur les exportations européennes. Paradoxalement, l'union monétaire européenne et sa devise seraient donc victimes de la ?vertu? relative de ses banquiers centraux.

Un autre cambiste nord-européen faisait ce matin le point sur l'euro. Depuis l'été 2010, rappelle-t-il, l'euro a notamment été jugé à l'aune du risque de défaut présenté par les pays périphériques périphériques de la zone. Mais depuis que la BCE a rendu possible ses propres opérations non conventionnelles, les fameux OMT qui n'ont pas encore été concrétisés, ce catalyseur n'est plus le premier pour l'euro.

Qui donc a pris sa place, s'interroge le spécialiste ? 'On peut se demande si ce ne sont pas les marchés d'actions', indique le spécialiste. Certes, les indices d'actions reflètent les perspectives de croissance ainsi que l'assouplissement quantitatif des banques centrales. Or ceux sont aussi les 'drivers' des marchés des changes, ce qui peut expliquer les hausses parallèles de l'euro et de l'indice DAX (Xetra: ^GDAXI - actualité) .

La devise européenne cède également 0,50% contre le yen à 117,37 yens et 0,24% à 1,237 franc suisse, mais elle gagne 0,24% à 0,8300 livre.

?La devise nippone tentait hier de corriger le tir suite à sa forte dépréciation ces derniers jours en raison de l'action du Premier (BSE: PREMIER.BO - actualité) ministre Shinzo Abe pour affaiblir le Yen et sortir ainsi le Japon de l'impasse économique dans laquelle il se trouve depuis plusieurs mois. Le Yen a donc retrouvé quelques couleurs hier face à ses principales devises de contrepartie mais ce retournement apparait comme purement technique?, commentait-on chez Saxo Banque ce matin.

Ce matin du côté statistique, on a appris que la Banque de France avait ramené sa prévision de croissance mondiale pour 2013 de 3 à 2,4%.

Rajoutant à la nervosité ambiante, les nouvelles prévisions de croissance de la Banque mondiale déçoivent. Selon les dernières estimations de l'institution, la croissance mondiale devrait atteindre 2,4% cette année contre une progression estimée précédemment à 3%.

Par ailleurs, les immatriculations de voitures neuves ont reculé de 16,3% dans l'UE au mois de décembre selon l'ACEA (Milan: ACE.MI - actualité) . Il s'agit de la plus forte baisse enregistrée depuis le mois de décembre 2008.

Cet après-midi, les marchés accueilleront plusieurs statistiques cet après-midi, à commencer par l'indice des prix pour décembre, à 14h30, attendu en hausse de 0,2%, ainsi que la production industrielle pour décembre, pour laquelle le consensus table sur une progression de 0,2%, sera dévoilée pour sa part à 15h15, suivie des stocks hebdomadaires de pétrole à 16h30. Enfin, le ?livre beige? de la Fed portant sur la conjoncture US sera publié à 20h00.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.