Marché: l'euro guère affecté par la décision de Moody's.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
^REURUSD1 738,01+14,91

(CercleFinance.com) - Après une ouverture en baisse vers 1,2778 dollar ce matin, la monnaie unique européenne reprenait des couleurs sur le marché des changes et ce mardi midi, elle était peu ou prou à l'équilibre (- 0,01%) contre le billet vert, à 1,2814 dollar l'euro.

La tendance n'est guère plus prononcée contre le yen, qui s'échange 104,1 yens l'euro (+ 0,05%), bien que la devise du Vieux continent perde 0,15% contre la livre à 0,8042. Rien à signaler non plus du côté du franc suisse (+ 0,06% à 1,2050 franc suisse).

Hier soir, Moody's a abaissé d'un cran la note souveraine de la dette publique française à 'Aa1 (SNP: ^AA1Y - actualité) ' contre 'Aaa', citant notamment la perte de compétitivité du pays. La perspective de la note est négative, ce qui présage potentiellement d'une nouvelle dégradation.

L'agence de notation explique que les perspectives économiques de l'Hexagone sont affectées par de nombreuses difficultés, dont une perte de compétitivité graduelle mais constante ou les rigidités de son marché du travail. La note évoque par ailleurs des perspectives budgétaires 'incertaines' ainsi qu'une moindre capacité de prévision de la résistance du pays aux chocs à venir dans la zone euro, notamment du fait de son impossibilité à disposer d'un accès direct au circuit de refinancement d'une banque centrale nationale.

'Du fait de la perte du 'AAA' de la France par deux agences de notation (Standard & Poor's étant le premier, ndlr), certains investisseurs vont délaisser les obligations françaises. Mais la réaction des marchés restera limitée comme après la dégradation de la France par l'agence S&P', ajoute Aurel BGC. Des trois grands nom du ?rating? crédit, seul Fitch note encore la France avec un 'triple A', la meilleure note possible.

'Le timing de cette décision peut sembler surprenant étant donné les chiffres récents du PIB du troisième trimestre meilleurs qu'attendus, ainsi que les réformes fiscales annoncées en réponse au rapport Gallois', souligne pour sa part Tristan Cooper, analyste dette souveraine chez Fidelity Worldwide Investment.

Pour expliquer l'attentisme actuel qui prévaut sur le marché des changes, les analystes de RTFX soulignent aussi qu'une ?décision sur la Grèce est susceptible d'être prise aujourd'hui lors de la réunion de l'Eurogroupe qui pourrait vraisemblablement conduire à un accord sur le versement de la prochaine tranche d'aide au pays.?

Chez Deutsche Bank, l'analyste George Saravelos rappelait ce matin que le lien entre dynamisme d'une zone monétaire et la vigueur de sa devise n'était pas établi. Ainsi, ?le Japon a connu l'une des plus faibles croissances nominales durant la dernière décennie, et pourtant le yen a été l'une des devises aux meilleures performances?.

Selon Deutsche Bank, la faible croissance de la zone euro ne devrait peser sur la monnaie unique européenne qu'à trois conditions : d'abord que le risque d'éclatement de l'union monétaire revienne sur le devant de la scène ; ensuite, que la BCE réponde à la menace en instaurant un taux négatif de rémunération des dépôts ; et enfin que l'afflux de capitaux vers l'Europe (Chicago Options: ^REURUSD - actualité) en subisse les conséquences.

Ajoutons que selon Saxo Banque, ?en Asie, la possibilité d'un nouvel assouplissement monétaire pourrait se concrétiser lors de la réunion de la Banque du Japon qui aura lieu en décembre.?

Du côté des statistiques macro-économiques, on a appris ce matin que les prix à la production industrielle (PPI) allemande ont augmenté de 1,5% sur un an en octobre, après des progressions en rythme annuel de 1,7% en septembre et de 1,6% en août, selon le bureau fédéral des statistiques.

Outre-Atlantique, seront dévoilés les permis de construire et mises en chantier pour octobre, à 14h30. 'Les mises en chantier de logements devraient avoir reculé au mois d'octobre', estime Aurel BGC, n'excluant pas une bonne surprise sur cet indicateur, mais rappelant qu''habituellement, les statistiques immobilières sont très sensibles aux conditions météorologiques'. Ainsi, selon le bureau d'études, le passage de Sandy devrait avoir pénalisé l'activité du secteur de la construction dans plusieurs Etats de l'Est des Etats-Unis.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.