Marchés français ouverture 5 h 25 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 593,19
    +350,98 (+1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 464,34
    +601,57 (+2,08 %)
     
  • BTC-EUR

    30 418,98
    -166,24 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    721,35
    -13,79 (-1,88 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Marché immobilier en 2021: des perspectives en demi-teinte

·2 min de lecture

Des transactions en recul mais des prix en hausse auront marqué le marché immobilier en 2020. Les taux d'intérêt devraient soutenir la demande en 2021.

La crise sanitaire liée à l’épidémie de et ses deux périodes de confinement consécutifs ont bien entendu bouleversé le marché français l’an dernier. "Le marché immobilier a évolué sur un faux rythme : gelé pendant le premier confinement, euphorique à la reprise et pendant les premières semaines de l’été, puis ralenti de nouveau en novembre et décembre", constate Yann Jéhanno, président du réseau d’agences immobilières Laforêt. Deux tendances déjà marquées ont été confirmées : que ce soit pour des résidences principales ou des logements secondaires, certains ont délaissé les centres-villes et les milieux très urbains pour s’installer de préférence dans des .

"La demande des candidats à la propriété a bondi de 10% pour les maisons et a reculé de 9% pour les appartements", indique Laforêt. Mais la grande ruée, notamment francilienne, vers les campagnes n’a pas eu lieu, sauf pour les résidences secondaires… "De nombreuses familles en ont eu envie comme en témoignent les chiffres record de fréquentation des sites Internet de nos agences sur les maisons, analyse Laurent Vimont, président de Century 21 France. Mais les signatures ont été assez rares, car il faut tenir compte de la scolarisation et les trajets domicile-travail malgré le ".

Coup de frein sur le crédit immobilier

Un écueil est venu toutefois entraver les velléités des acquéreurs : l’accès au crédit. Certes les taux d’intérêt des prêts immobiliers ont été extrêmement attractifs tout au long de l’année, malgré un léger rebond après le premier confinement, restant sous le seuil des 1,30% en moyenne hors assurance et toutes durées d’emprunt confondues, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Après les appels à la modération dans l’octroi des prêts immobiliers lancés et répétés par le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) depuis décembre 2019, les banques ont durci leurs conditions d’attribution : notamment un strict respect de la règle des 33% d’endettement, mais également des exigences accrues en mat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi