Marché: '2013, le temps de prendre plus de risques' (SGPB).

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA29,440,65
BCE.TO48,730,28

(CercleFinance.com) - Société Générale Private Banking a présenté ce jeudi à la presse ses perspectives macroéconomiques pour 2013.

Xavier Denis, chef économiste de la banque privée, a tout d'abord mis en lumière une 'normalisation' de l'environnement, qui devrait profiter cette année aux actifs risqués sous-évalués.

Les risques, sans disparaître bien sûr, ont diminué au cours des derniers mois. 'Après l'accord entre Républicains et Démocrates aux Etats-Unis le 1er janvier dernier, tous les problèmes ne sont pas réglés mais les incertitudes sont en partie levées', estime Xavier Denis.

Outre-Atlantique toujours, le désendettement des ménages a été très largement engagé. 'Ce facteur structurel va soutenir la consommation', a souligné l'économiste.

D'autre part, la reprise du marché de l'immobilier et l'amélioration du marché de l'emploi, deux facteurs conjoncturels, vont soutenir l'économie américaine.

Les investissements des entreprises pourraient constituer LA bonne surprise de cette année, car 'la marge d'investissement s'avère importante'.

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) marché, lui, ne table pas sur un retour à la normale des investissements, coupés en raison d'une faible visibilité, l'an dernier, sur la hausse du taux d'imposition.

Société Générale Private Banking n'adopte pas le même point de vue si positif sur la zone euro mais considère que les avancées de 2012, et notamment le nouveau rôle endossé par la BCE (Toronto: BCE.TO - actualité) , ont permis de faire reculer le stress financier. En outre, les indicateurs avancés témoignent d'une stabilisation et lui laissent entrevoir une lente reprise sur le Vieux Continent à partir du second semestre.

Kim March, économiste et stratégiste chez Société Générale Private Banking, a pris la parole pour livrer son analyse des pays émergents, où se trouveraient, selon elle, de belles opportunités, particulièrement en Asie.

'Les BRICs seront moins décevants cette année', a-t-elle prédit, anticipant une croissance de 8 à 8,5% en Chine, et pour le Brésil, qui a touché un point bas en 2012, un rebond vers 3,5%, grâce à la marge de manoeuvre fiscale dont dispose le pays.

Claudia Panseri, stratégiste actions de la banque privée, s'est quant à elle montrée positive sur les marchés actions, surtout européens, pour 2013, en raison de la diminution du risque politique.

'2013 sera une année de sélection, contrairement à 2012, favorable pour toutes les classes d'actifs', a-t-elle indiqué.

Elle a mis en lumière des écarts de valorisation encore importants entre les marchés européens et américains, 'même s'ils se sont réduits depuis l'automne dernier'.

Enfin, Ollivier Courcier, stratégiste et responsable des marchés de taux chez Société Générale Private Banking, estime que 'les performances enregistrées sur les marchés de taux au cours des dernières années ne pourront pas être renouvelées'.

Il recommande la sélectivité sur l''investment grade', se montre positif sur le 'High Yield', 'le marché le plus lié à la croissance' et négatif sur les dettes souveraines.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.