Manifs mariage homo : les pro refusent toute bataille de chiffres

Les partisans du mariage pour tous, qui appellent à manifester ce dimanche 27 janvier à Paris, refusent toute guerre des chiffres deux semaines après la forte mobilisation des opposants au texte.

Quelque 340.000 personnes selon la police, un million selon les manifestants, ont défilé le 13 janvier dernier dans les rues de Paris contre le projet de loi ouvrant la voie au mariage et à l'adoption aux couples de même sexe.

A l'Elysée, on fait état de "la détermination" du président à faire voter ce projet qui constitue la plus grande réforme sociétale depuis l'abolition de la peine de mort en 1981.

"Je suis confiant quant à l'avenir du texte mais il y a un besoin pour de nombreux Français d'exprimer un ras-le-bol face au climat d'homophobie décomplexée ambiant et de rappeler le principe d'égalité entre les citoyens", explique Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter LGBT qui appelle avec le collectif "Agissons pour l'égalité nouvelle" à manifester dimanche. "Il s'agit également de rappeler le gouvernement à ses engagements en matière d'égalité, concernant la PMA notamment."

Ne pas entrer dans la bataille des chiffres

Le cortège parisien partira de la place Denfert Rochereau et défilera jusqu'à la place de la Bastille. Des manifestations étaient également prévues samedi dans plusieurs villes, notamment à Brest, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lyon et Montpellier.

Face à la forte mobilisation des opposants au texte, les partisans du mariage pour tous n'entendent pas pour autant rentrer dans une guerre des chiffres.

"C'est indéniable que des gens vont manifester dimanche pour exprimer leur incompréhension après la manifestation du 13 janvier qui s'opposait à une égalité des droits (...)style="line-height: 1.5em;">

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Manifs mariage homo : les pro refusent toute bataille de chiffres
Mariage homo : les Français plus nombreux à dire oui
Elisabeth Guigou : "J'ai évolué sur la question de l'adoption"
Mariage homo : quand les Jeunes de l'UMP dérapent
Bruno Julliard : "Je ne veux pas être un parent clandestin"
Mariage homo : les pros ont-ils loupé leur com' ?