Marchés français ouverture 6 h 47 min
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2108
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    32 087,36
    +2 525,26 (+8,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    974,01
    +32,20 (+3,42 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     

Manifestation pro-palestinienne interdite à Paris: Valls dénonce une "exportation du conflit" au Proche-Orient en France

·2 min de lecture
L'ancien Premier ministre Manuel Valls, sur le plateau de BFMTV le 14 mai 2021. - BFMTV
L'ancien Premier ministre Manuel Valls, sur le plateau de BFMTV le 14 mai 2021. - BFMTV

Le tribunal administratif de Paris, saisi par les organisateurs, a confirmé ce vendredi soir l’interdiction de la manifestation pro-Palestiniens prévue ce samedi dans la capitale. Sur le plateau de BFMTV, l’ancien Premier ministre Manuel Valls a salué la demande de Gérald Darmanin d'interdire ce rassemblement, estimant qu’il s’agissait d’un mouvement de "soutien au Hamas."

"C’est une exportation du conflit du Proche-Orient"

Revenant sur les événements de 2014 alors qu’il était Premier ministre, Manuel Valls a rappelé que "pour la première fois depuis la Libération, au cœur de Paris, on avait crié mort aux juifs." Il estime donc justifiée l’interdiction de cette nouvelle manifestation en soutien au peuple palestinien:

"Nous savons que ce ne seront pas des manifestations de soutien aux Palestiniens", affirme-t-il. "C’est une exportation du conflit du Proche-Orient dans notre pays et ce sera comme en 2014. Cela sera une manifestation de soutien au Hamas, une organisation terroriste", avance l'ancien ministre.

"Si on permet une manifestation, demain soir, le ministre de l’Intérieur sera sommé de s’expliquer sur pourquoi il y a eu des cris contre les juifs. L’antisionisme, c’est-à-dire la haine d’Israël, c’est l’antisémitisme moderne", tranche l’ex-Premier ministre.

"Ces gens ont le droit de manifester"

Un peu plus tôt à notre antenne, l’un des avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, à l’origine du recours devant le tribunal administratif, a assuré que les différents organisateurs du rassemblement avaient condamné les propos antisémites.

"L’antisémitisme, c’est un cancer au sein de la France et il n’est pas accepté", a affirmé Me Stefen Guez Guez. "Ces gens ont le droit de manifester", estime-t-il. "Depuis 2014, il y a eu plein de manifestations de défense de la cause palestinienne qui se sont déroulées sans aucun problème", a-t-il ajouté auprès de l'AFP.

"La France garantit les libertés d'expression et de manifester, et la Palestine ne doit pas être une exception", a-t-il dit. "Un peuple reçoit des bombes sur la tête, des dizaines de civils sont tués, et on n'aurait pas le droit de dire qu'on n'est pas d'accord?", a encore interrogé l'avocat.

Article original publié sur BFMTV.com