Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0689
    -0,0017 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    +3,50 (+0,15 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 965,36
    -173,44 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 321,71
    -38,62 (-2,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,14 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,68 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,53 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,78 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2636
    -0,0024 (-0,19 %)
     

Manchester City-Real: Deschamps admet que Camavinga est "frustré" lorsqu'il évolue comme latéral gauche

Icon

Un dépannage qui s’éternise. Au point de se poser la question: Eduardo Camavinga va-t-il devenir un véritable latéral gauche? C’est à ce poste que Carlo Ancelotti devrait l’aligner lors du déplacement du Real Madrid à Manchester City, ce mercredi, en demi-finale retour de Ligue des champions (21h sur RMC Sport 1). Comme il l’a déjà fait à plusieurs reprises. Tout comme Didier Deschamps en équipe de France. Le sélectionneur des Bleus a d’ailleurs initié cette nouvelle habitude lors de la Coupe du monde 2022, en fin d'année dernière au Qatar. L’idée lui est venue après la blessure au genou de Lucas Hernandez face à l’Australie en ouverture de la compétition (4-1), comme il le raconte dans une interview accordée à L’Équipe.

"Je connaissais l’historique de ‘Cama’, il avait été amené à jouer ce poste en jeunes, il y avait même fait des bouts de match avec Rennes, rappelle DD. Enfin, à travers les entraînements et les deux oppositions au Qatar, le lendemain de nos deux premiers matchs, on a vu ses aptitudes: à ce moment-là, il ne sautait pas au plafond à l’idée de jouer arrière gauche, mais il est bon dans les duels, il est efficace, il griffe sur le plan défensif, et il faut ajouter sa touche technique, sa capacité à répéter les efforts sans problème, ce qui fait beaucoup (sourire)."

"Il va préférer s’établir au milieu de terrain"

Derrière les compliments, Deschamps sait bien que Camavinga n’apprécie pas tellement cette reconversion inattendue. "Il prend moins de plaisir qu’au milieu, où il touche beaucoup le ballon, alors qu’arrière gauche, il peut être frustré quand l’action se développe de l’autre côté", reconnaît le sélectionneur des Bleus, qui a utilisé le joueur de 20 ans dans ce rôle lors de la finale du Mondial face à l’Argentine (0-0, 4 tab à 2). "Il peut jouer aux deux postes, c’est une évidence", résume Didier Deschamps, qui estime d'ailleurs que l’ancien Rennais progresse en tant que latéral gauche: "Sur la phase défensive, je trouve qu’il dégage de plus en plus de sécurité, malgré certains tacles risqués."

PUBLICITÉ

Au point de l’imaginer s’installer durablement à ce poste pour la suite de sa carrière? Pas sûr. "Il n’est pas réfractaire, mais il y a chez lui une frustration, je le sais, à un poste où les courses sont sur la longueur et moins diversifiées, admet DD. Dans sa tête, il va préférer s’établir au milieu de terrain, où il est très bon, mais il est très bon aussi comme latéral. Il donne des solutions à ses entraîneurs et à son sélectionneur".

Article original publié sur RMC Sport