La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 734,45
    +1 056,79 (+2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Un malware infecte des dizaines de milliers de Mac

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Encore une fois, n’en déplaise aux aficionados de la marque à la pomme, ses ordinateurs ne sont pas immunisés par nature contre les malwares. En raison de ce sentiment d’invulnérabilité, les utilisateurs des Mac sont d’ailleurs plus sujets aux opérations de phishing que ceux des PC habitués à être des cibles permanentes. Mais il n’y a pas que le comportement des utilisateurs qui pose problème, puisque des pirates parviennent régulièrement à trouver des brèches dans le système lui-même.

La dernière vulnérabilité en date touche directement le fameux processeur M1 qui est pourtant censé être totalement étanche aux malwares. Le code malveillant a été découvert par Malwarebytes et le spécialiste de la cybersécurité Red Canary. Baptisé Silver Sparrow, le malware a été détecté sur près de 30.000 Mac pour le moment. Il s'attaque également aux gammes d'ordinateurs précédentes équipées de puces Intel.

Ce n’est pas le premier malware à toucher la puce M1

Pour le moment, les chercheurs en sécurité, ne savent pas quelle charge virale il peut emporter, mais ont trouvé qu’il enferme un mécanisme d’autodestruction, ce qui lui permet d'effacer toute trace de sa présence après sa mission réalisée. Pour le moment, il ne semble pas avoir été exploité et il a été neutralisé pour éviter aux utilisateurs de l’installer accidentellement. Il faut dire que pour Apple, cette révolution de la puce M1 engendre une période de transition complexe assez propice pour que les hackers puissent tenter leur chance avec de nouveaux malwares pouvant passer entre les mailles d’un filet de protection. Apple doit, en effet, composer avec deux univers, à savoir les Mac dotés de processeurs à l’architecture x86 et les nouveaux processeurs M1 à base de puce ARM.

Mais attention, Silver Sparrow, n’est pas le premier malware à toucher le nouveau processeur d’Apple, mais le second. Ainsi, la semaine dernière, un chercheur en sécurité d'Objective-See, a déjà publié un article sur le premier malware ciblant le...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura