Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 639,04
    +730,21 (+1,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Maltraitances en équipe de France de gym: enquête, suspensions, dispositifs... Ce qu'il ressort de la réunion entre la Fédération et Oudéa-Castéra

Icon Sport

Ce mardi, James Blateau, le président de la Fédération française de gymnastique (FFGym), Kevinn Rabaud, le directeur technique national et Fabienne Bourdais, directrice des Sports, ont été reçus pendant 1h30 par Amélie Oudéa-Castéra au ministère des Sports. Cette réunion est la conséquence de la diffusion, dimanche soir dans Stade 2, de témoignages d'anciennes gymnastes de l'équipe de France qui dénoncent des maltraitances.

Dans un communiqué, le ministère explique que des procédures administratives seront engagées sans délai. Alors qu'il est, sans être cité, mis en cause dans le reportage de Stade 2, le responsable de la préparation de l'équipe de France pour les Jeux olympiques de Londres notamment, fera l'objet d'une enquête pouvant amener à une interdiction d'exercer son métier. Autre accusée, la haute responsable de la performance devrait, elle, être suspendue à titre conservatoire le temps de l'enquête disciplinaire. C'est du moins ce que souhaite la FFGym.

Une plateforme de signalement sur le site du ministère

Au sein de la fédération, via son président James Blateau, de nouvelles mesures seront mises en place afin de faciliter le signalement de toutes formes de violence, notamment via la plateforme "Signal Sports" du ministère. Un onglet sur le site permettra de directement avertir le ministère en cas de maltraitance. Des responsables "intégrité physique et psychologique" seront également nommés à tous les échelons de la vie fédérale. Un colloque sera également organisé "le plus rapidement possible", selon la FFGym.

Cette rencontre a également permis d'évoquer le cas de Vincent Pateau. Condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sur mineur au début du mois de mai, le directeur technique du pôle France de Marseille sera suspendu d'exercer toute fonction d'encadrement. Une conclusion est également attendue à propos de l'enquête concernant le club d'Avoine-Beaumont. Membre de ce club, la gymnaste de 16 ans Kaylia Nemour, en conflit avec la fédération depuis plusieurs semaines, pourra bien disputer le championnat d'Afrique fin mai sous les couleurs l'Algérie.

Article original publié sur RMC Sport