La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 160,81
    -3 015,00 (-7,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Malgré la réinvention du tourisme de montagne, l'épidémie de Covid-19 aura des conséquences sur le secteur

·1 min de lecture

La fermeture généralisée des remontées mécaniques pour les vacances de Noël puis de février a provoqué un choc chez les professionnels du secteur et de nombreux élus des territoires de montagne. Cette décision est d'autant moins bien perçue que certaines destinations hivernales européennes ne sont pas soumises aux mêmes restrictions, alors que la France est parmi les leaders mondiaux dans un secteur très concurrentiel. Cette situation exceptionnelle est à lire à l'aune du fonctionnement et de la gouvernance de l'activité économique dans les zones de montagne française.

Lire aussi - EXCLUSIF. Henri Giscard d'Estaing, président du Club Med : "Il faut sauver la montagne"

Historiquement, la construction des stations avait pour objectif de participer à l'aménagement du territoire. Dès les années 1960, les pouvoirs publics ont ainsi promu le tourisme hivernal. Ce dernier occupe aujourd'hui une place centrale dans l'économie des territoires concernés mais les stations ont connu des dynamiques différenciées. La phase de transition dans laquelle les territoires touristiques sont engagés, motivée notamment par l'effet du changement climatique sur les conditions d'exploitation des domaines skiables, s'opère également de façon différenciée, car tous les territoires n'ont ni les mêmes moyens, ni les mêmes besoins pour répondre à ces enjeux.

Il est pourtant frappant de constater la gestion uniforme dont ils ont fait l'objet depuis le début de la crise sanitaire. Quel que soit le massif ou ...


Lire la suite sur LeJDD