Marchés français ouverture 8 h 3 min
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    0,9804
    -0,0015 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 599,09
    -258,65 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Malgré l'inflation, les intentions d'embauche des patrons progressent de 6%

Eric PIERMONT/AFP

SONDAGE EXCLUSIF - Selon le dernier baromètre BDO-OpinionWayChallenges, le moral patronal s’améliore. Les marges sont en hausse, et l’inflation inquiète moins.

En cette rentrée, les dirigeants d’entreprise sont 39 % à être confiants dans l’économie française à six mois, contre 37% au début de l’été, selon le baromètre BDOOpinionWay-Challenges. L’écart s’accroît avec la vision qu’ont les patrons de l’économie mondiale, l’indicateur de confiance international tombant à 33%, au plus bas depuis fin février.

"Ils semblent confiants concernant la capacité de la France et sur plus importante que d’autres pays européens", relève la note d’analyse d’OpinionWay. Un sentiment qui correspond à l’état des lieux dressé le 30 août par le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire lors de la REF,: "Les chiffres sont solides et j’aborde cette rentrée avec détermination et confiance, a-t-il déclaré, confirmant sa prévision de croissance pour 2022 à 2,5% - le meilleur taux de tous les pays de la zone euro."

Pour 53 % des chefs d'entreprise, traiter l'inflation reste est la priorité

Les chefs d’entreprise sont toutefois encore 53% à considérer le traitement de l’inflation comme la priorité numéro un, mais ce chiffre était de 66% en juin. Avec une hausse des salaires limitée à environ 3% en rythme annuel, contre 5,8% pour l’inflation, l’horizon reste pour l’instant assez dégagé. Selon l’Insee, au deuxième trimestre, le taux de marge des entreprises "rebondit légèrement", passant de 31,7% à 32,2%. "Ceci résulte d’une progression des salaires moins dynamique que celle du déflateur de la consommation", décrypte l’institut de statistiques.

Des niveaux d'avant crise ukrainienne

Plutôt à l’aise financièrement, les entreprises sont bien résolues à recruter. Les intentions d’embauches décollent, retrouvant leurs niveaux d’avant la crise ukrainienne, avec un solde net d’intentions de recrutement dans les six mois augmentant de 14% à 22%. Les difficultés à trouver de bons pro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi