Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 611,11
    +708,38 (+1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 368,89
    -4,95 (-0,36 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Malgré le crash de Luna-25, le Kremlin n'abandonne pas la course à la Lune

Agence spatiale russe Roscomos/AFP/Archives - Handout

Le Kremlin a promis mardi 29 août 2023 de ne pas abandonner la course à la Lune malgré le récent échec de sa dernière mission, qui n'est pas une raison pour "désespérer".

Nous savons qu'il faut emprunter des sentiers ardus pour arriver jusqu'aux étoiles", a déclaré à la presse son porte-parole Dmitri Peskov. "Le plus important est de poursuivre le programme spatial russe unique" qui comprend un volet lunaire, a-t-il insisté. "Les projets sont très ambitieux et ils seront réalisés", a assuré M. Peskov, en soulignant que l'échec de la mission de Luna-25, la première vers la Lune depuis 1976, "n'est pas une raison pour désespérer".

Plaider la Lune auprès de Poutine

Près de cinquante ans après la dernière mission lunaire réussie de Moscou, la sonde Luna-25, de près de 800 kilos, a percuté le sol lunaire le 19 août à la suite d'un incident survenu lors d'une manœuvre préalable à son alunissage. Le directeur de l'Agence spatiale russe (Roscosmos), Iouri Borissov, a plaidé auprès du président russe Vladimir Poutine pour poursuivre le programme d'exploration lunaire malgré cet échec, alors que le secteur spatial russe est en difficulté.

Un satellite indien pour le Soleil

Ces dernières années, une nouvelle course vers la Lune s'est engagée. Outre les Etats-Unis, la Chine et la Corée du Sud affichent leurs ambitions. L'Inde est devenue la première nation à poser un engin spatial près du pôle sud de la Lune, une zone inexplorée, juste après l'échec russe : la mission Chandrayaan-3 a été orchestrée par l'Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO) et lancée il y a six semaines à l'aide d'une fusée nettement moins puissante que la Saturn V des missions Apollo américaines. Pour compenser, le lanceur a réalisé cinq à six orbites elliptiques autour de la Terre afin d'accélérer, avant d'entamer un trajet d'un mois vers la Lune, pour enfin se poser le 23 août 2023. En comparaison, les Américains avaient mis seulement quelques jours pour atteindre leur destination lunaire. L'Inde ne compte pas s'en arrêter là, puisque le pays doit lancer le 2 septembre 2023 un satellite d'étude du Soleil.

PUBLICITÉ

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi