La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 267,88
    -211,72 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    14 127,99
    +58,56 (+0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    +0,0025 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 433,17
    +3 452,40 (+11,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,70
    +43,86 (+4,53 %)
     
  • S&P 500

    4 238,49
    -8,95 (-0,21 %)
     

Malgré le Covid, l'Opéra de Paris voit en grand pour 2021-2022

·2 min de lecture

Rouverture des lieux culturels: malgré des difficultés financières, l'Opéra de Paris affiche une programmation ambitieuse.

Pas moins de treize reprises et sept nouvelles productions lyriques, création mondiale d'un ballet: en dépit de l'épidémie du Covid, l'Opéra de Paris n'a pas réduit la voilure pour sa saison 2021-2022 annoncée mardi.

L'Etat avait volé au secours de la prestigieuse institution tricentenaire avec une enveloppe de 61 millions d'euros pour couvrir le déficit provoqué par la crise sanitaire, mais l'Opéra fait encore face à des pertes de 30 millions d'euros jusqu'en 2022.

Pour sa première programmation, le directeur général Alexander Neef, qui a pris ses fonctions en septembre en pleine pandémie, a souligné la volonté de la maison de "s'ouvrir pour être plus inclusive".

Il a puisé dans son répertoire lyrique et commandé de nouvelles productions, notamment du XXe et du XXIe siècle.

Le rarissime "Oedipe" du compositeur roumain George Enesco (1936) sera ainsi monté par Wajdi Mouawad, directeur du Théâtre de la Colline, qui effectue ses débuts à l'Opéra.

Autre nouveauté, et pour la première fois en France, l'opéra de Leonard Bernstein, "A Quiet Place", mis en scène par Krzysztof Warlikowski, ainsi qu'une nouvelle production de "Wozzeck" d'Alban Berg, avec une mise en scène du Sud-Africain William Kentridge.

Egalement au programme, une création de 2018, "Fin de partie", opéra inspiré de la célèbre pièce de Samuel Beckett et créé par le compositeur hongrois György Kurtág, 95 ans. La mise en scène sera signée Pierre Audi, directeur du festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence.

Après un rendez-vous raté en 2020, pandémie oblige, "7 Deaths of Maria Callas", créé finalement à Munich il y a quelques mois par la performeuse Marina Abramovic, lancera la saison en septembre.

Du côté des classiques revisités, le tout nouveau directeur musical de l'Opéra, la star Gustavo Dudamel, dirigera une nouvelle version de la "Turandot" de Puccini signée Bob Wilson, et "Les noces de Figaro" monté par la metteuse en scène Netia Jones. Une "Cendrillon" de Massenet revisitée par Marianne Clément sera[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi