La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    34 010,47
    +61,06 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0867
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 930,20
    +0,20 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    21 334,08
    -11,75 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,50
    +9,49 (+1,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,61
    -1,40 (-1,73 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 641,49
    +129,08 (+1,12 %)
     
  • S&P 500

    4 076,32
    +15,89 (+0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2387
    -0,0020 (-0,16 %)
     

Malbouffe: le retour du scandaleux lobbying contre le Nutri-Score

INTERVIEW - En marge du salon de l’Agriculture, le professeur de santé publique, Serge Hercberg, s’alarme de l’opposition de l’Italie et de nombre d’industriels à la généralisation du logo Nutri-Score en Europe. La consultation, ouverte par la Commission européenne jusqu’au 7 mars, est déjà instrumentalisée par les groupes d’intérêts.

Médecin, professeur de nutrition à l'université Sorbonne Paris Nord, Serge Hercberg œuvre depuis des décennies pour améliorer l’information des consommateurs sur la qualité de leurs aliments. Avec ses équipes, il a été à l’origine de l’élaboration du logo Nutri-Score. Dans le livre Mange et tais-toi, paru le 9 février aux éditions Humensis, il raconte comment l’industrie agro-alimentaire a tout fait pour empêcher l’adoption de ce logo en France. Aujourd’hui, alors que le Nutri-Score est en passe d’être généralisé et rendu obligatoire en Europe, il alerte contre le regain d’activité des groupes d’intérêts.

Challenges - En quoi la consultation organisée par la Commission européenne sur le Nutri-Score recouvre-t-elle un vrai enjeu de santé publique?

Serge Hercberg - La Commission européenne prépare pour fin 2022 une nouvelle réglementation qui prévoit l’apposition d’un logo informant sur la qualité nutritionnelle des aliments dans les vingt-sept pays de l’Union européenne. En clair, il s’agit de généraliser le logo Nutri-Score ou un équivalent et surtout de le rendre obligatoire, alors qu’il demeure facultatif aujourd’hui. C’est un enjeu majeur de santé publique qui passe par la bonne information des consommateurs.

Pourquoi une consultation a-t-elle lieu?

Dans son travail préparatoire, la Commission européenne sollicite l’expertise de scientifiques, ainsi que de l’Agence européenne de sécurité des aliments, et elle prend le pouls de l’opinion publique . L’objectif est de présenter aux citoyens différents systèmes d’étiquetage possibles et de mesurer leur adhésion à tel ou tel système. Le problème, c’est que cette consultation est détournée par les lobbies agro-alimentaires pour tenter de faire émerger le logo le moins exigeant.

Comment cela?

L’imposition d’un logo de qualité nutritionnelle sur les aliments est farouchement combattue par les industriels depuis des années. Si la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas et le Luxembourg ont fini par adopt[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi