Publicité
Marchés français ouverture 8 h 46 min
  • Dow Jones

    38 111,48
    -330,06 (-0,86 %)
     
  • Nasdaq

    16 737,08
    -183,50 (-1,08 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0837
    +0,0029 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    18 230,19
    -246,82 (-1,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 001,59
    +651,81 (+1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 431,30
    -24,57 (-1,69 %)
     
  • S&P 500

    5 235,48
    -31,47 (-0,60 %)
     

Malbouffe : ces marques épinglées pour attirer les enfants vers de mauvais produits

PIXABAY

Burgers, sucreries, gâteaux… Les industriels de l’agroalimentaire rivalisent d’ingéniosité pour donner envie à nos chères têtes blondes. Le hic, c’est que ces produits sont mauvais pour la santé. La dernière enquête de l'ONG Foodwatch publiée mardi 12 septembre note que 9 produits destinés aux enfants sur 10 sont “trop gras, trop sucrés, trop salés selon les critères nutritionnels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)”. L’étude, relayée par BFM Business, se base sur 228 produits. Considérés comme de la “malbouffe” par l’OMS, ils sont promus par d’intenses campagnes de pub visant le jeune public. Un marketing que Foodwatch dénonce.

Selon l’association, ces 9 produits sur 10 ne devraient pas avoir le droit de faire ce genre de publicités. “Les McDonald's, Nestlé, Unilever, Mondelez, Burger King et […] Lindt incitent les enfants à consommer des aliments mauvais pour leur santé. À rebours du consensus des experts de santé, le gouvernement ignore les recommandations d’un encadrement strict de ces pratiques délétères”, fustige l’enquête. “Ce matraquage quotidien sape les efforts d’éducation des parents tandis que les plus jeunes, séduits, développent des préférences alimentaires catastrophiques pour leur santé.”

Pour Audrey Morice, chargée de campagnes chez Foodwatch France, les “géants de la malbouffe” frôlent la “manipulation” afin de “s’immiscer au sein des familles”. Et ce, malgré toute la bonne volonté des parents, pointe-t-elle auprès de nos confères, “impuissants face à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite