La bourse ferme dans 2 h 52 min
  • CAC 40

    5 876,92
    -154,56 (-2,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 428,77
    -85,55 (-2,43 %)
     
  • Dow Jones

    31 029,31
    +82,32 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0392
    -0,0052 (-0,50 %)
     
  • Gold future

    1 803,60
    -13,90 (-0,76 %)
     
  • BTC-EUR

    18 500,96
    -907,90 (-4,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    411,78
    -27,88 (-6,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,40
    -1,38 (-1,26 %)
     
  • DAX

    12 669,05
    -334,30 (-2,57 %)
     
  • FTSE 100

    7 169,60
    -142,72 (-1,95 %)
     
  • Nasdaq

    11 177,89
    -3,65 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    3 818,83
    -2,72 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    26 393,04
    -411,56 (-1,54 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2116
    -0,0006 (-0,05 %)
     

Majorité relative: pourquoi Macron aura du mal à reproduire la "méthode Rocard"

(C) AFP

L’ancien Premier ministre socialiste de François Mitterrand avait réussi à faire passer des réformes importantes sans majorité absolue. Mais le contexte est différent pour Emmanuel Macron, impopulaire et affaibli.

Faute d’accord de gouvernement avec Les Républicains, Emmanuel Macron pourrait s’en remettre à la "méthode Rocard" et chercher à bâtir des majorités de circonstance texte par texte à l’Assemblée nationale. Un procédé déjà éprouvé entre 1988 et 1993 par François Mitterrand, réélu président de la République mais sans majorité absolue. Sous la houlette de son Premier ministre de l’époque, Michel Rocard, le président socialiste avait choisi de tendre la main aux centristes, dont plusieurs figures firent leur entrée au gouvernement, tout en bénéficiant sporadiquement du soutien du Parti communiste à l’Assemblée. Une stratégie qui permit aux socialistes de faire adopter une série de "grands textes": la contribution sociale généralisée (CSG), le revenu minimum d’insertion (RMI), la privatisation partielle de Renault ou les accords de Matignon sur la Nouvelle-Calédonie… grâce à l’apport des voix de députés issus de l’opposition.

Ouverture par remaniement

Un exercice périlleux et, par nature, fragile. Mais qui offrirait à Emmanuel Macron la possibilité de gouverner malgré son absence de majorité à l’Assemblée nationale. Confronté à l’une des plus graves crises politiques de l’histoire du pays, "il n’a pas vraiment le choix, indique le constitutionnaliste Bastien François. Faute d’alliance avec la droite, qui aurait été pour lui la solution la plus avantageuse, il va devoir se résoudre à trouver des accords au cas par cas, en attendant de trouver le moment idéal pour dissoudre l’Assemblée nationale". Une approche qui réclamera un effort d’imagination et beaucoup de souplesse. Même si des convergences existent déjà avec l’opposition sur un certain nombre de textes. Pour parvenir à ses fins, Emmanuel Macron devra inévitablement faire des concessions et revoir son architecture gouvernementale.

Avec un objectif: nommer des ministres susceptibles d’élargir sa majorité. "Michel Rocard avait pratiqué une ouverture au centre en appelant au gouvernement des personnalités comme Jean-[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles