Publicité
La bourse ferme dans 7 h 8 min
  • CAC 40

    7 665,23
    -6,11 (-0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 934,12
    -13,61 (-0,27 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0688
    -0,0018 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    2 378,00
    +9,00 (+0,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 169,09
    -1 333,03 (-2,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 345,70
    -14,63 (-1,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,09
    -0,20 (-0,25 %)
     
  • DAX

    18 230,37
    -23,81 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    8 253,07
    -19,39 (-0,23 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 055,37
    -279,95 (-1,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,2652
    -0,0008 (-0,06 %)
     

« La maison du loup » : un Jack London qui déchire !

Le tandem Benoît Solès et Tristan Petitgirard est un duo d’enfer. Solès est acteur et auteur, Petitgirard, metteur en en scène. Ensemble, ils ont signé le triomphe multirécompensé, « La Machine de Turing » qui se joue ces temps-ci au Palais Royal. Une histoire vraie : le destin d’un mathématicien anglais qui avait réussi à décrypter le code le l’Enigma allemand pendant la deuxième guerre mondiale.

Avec cette « Maison du Loup », Benoît Solès s’attaque à un épisode de la vie Jack London. Il n’est pas nécessaire de connaître son œuvre, ni même d’avoir lu Croc Blanc ou Martin Eden. La pièce se suffit à elle-même avec ses trois acteurs fabuleux. Mais au moins faut-il se rappeler que London fut un explorateur sans peur, un autodidacte aux cent métiers pas toujours très légaux et un socialiste convaincu.

 

Jack London alcoolique, sa femme héroïque… Et un visiteur

Dans un décor unique qui se métamorphose avec des projections, et grâce à des sons et une musique qui vous transportent, on est happé, subjugué par les personnages : ils sont beaux, attirants, sexy, c’est ce qui frappe d’emblée. Qu’il s’agisse de Jack London le baraqué (Amaury de Crayencour), de sa belle et énergique épouse Chermian (qui a inventé la jupe-culotte pour permettre aux femmes de monter à cheval comme les hommes), incarnée par Anne Plantey, ou du bandit romantique, Ed Morell (Benoît Solès) qui va tout tenter pour que son ex-codétenu échappe à la peine de mort.

Image

...
Lire la suite sur ParisMatch