La bourse ferme dans 5 h 40 min
  • CAC 40

    7 144,00
    -22,27 (-0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 221,95
    -19,17 (-0,45 %)
     
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0937
    +0,0026 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 924,30
    -6,50 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    21 436,89
    -490,12 (-2,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,37
    -9,95 (-1,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,71
    -0,17 (-0,22 %)
     
  • DAX

    15 407,56
    -101,63 (-0,66 %)
     
  • FTSE 100

    7 836,39
    +16,23 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2261
    +0,0032 (+0,26 %)
     

Le maire de Pantin justifie le changement de nom polémique de la ville

Wikimedia Commons

L'initiative avait fait polémique et même sourire mardi 3 janvier. D'autres avaient même raillé la décision du maire de la ville de Pantin de changer sa dénomination en "Pantine" pendant un an. Lors de ses vœux, Bertrand Kern voulait montrer qu'il s'engageait pour "l'égalité entre les femmes et les hommes", et expliquait sa démarche : "Nous rajouterons un E au nom de la ville parce qu'ainsi, nous voulons interpeller. Nous voulons qu'il y ait une prise de conscience", dévoilait-il dans sa vidéo. Pour lui, les femmes sont "moins payées que les hommes", "s'interdisent certains métiers" et leur place dans l'espace public "n'est pas toujours bien acceptée par les hommes".

Face aux attaques et aux moqueries, l'édile avait multiplié les interviews télévisées. Il se justifie une nouvelle fois dans Le Parisien et réitère qu'il fait du "concret sur le sujet dont on ne parle jamais". Il cite l'exemple de "trois danseuses afghanes accueillies et logées dans la Ville" depuis cet été. Il ne comprend pas pourquoi son action symbolique prend de telles proportions, "ça déclenche un tsunami médiatique […] Je trouve cela étonnant", concède-t-il. Il confirme une nouvelle fois : "C'est une action pour interpeller, que les gens prennent conscience qu'en 2023, il est inconcevable qu'il y ait cent à cent cinquante féminicides chaque année", énumère-t-il.

Pour lui, il est également "inconcevable que des femmes, à compétence égale, gagnent moins pour un même poste, qu'elles s'interdisent certains métiers (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chlordécone aux Antilles : malgré la reconnaissance d'un "scandale sanitaire", un non-lieu prononcé
Comment va augmenter votre facture d'électricité, combien pouvez-vous emprunter pour votre crédit immobilier… Le flash éco du jour
Une période "de stabilisation monétaire" va s'ouvrir, selon le gouverneur de la Banque de France
Le Fujian, le plus grand navire de guerre jamais construit par la Chine, bientôt en mer
Record de fréquentation pour les musées parisiens en 2022, voici les plus visités