La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 423,92
    -409,65 (-1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Magali Berdah : cinq personnes jugées pour « cyberharcèlement aggravé », mais pas Booba

Au total, huit personnes ont été placées en garde à vue fin novembre dans le cadre de l’enquête pour cyberharcèlement visant la reine des influenceurs Magali Berdah.

JUSTICE - Nouveau chapitre judiciaire dans l’affaire mêlant Magali Berdah et le rappeur Booba. Au total, cinq personnes seront jugées prochainement à Paris, notamment pour le cyberharcèlement visant la papesse des influenceurs, a-t-on appris ce jeudi 1er décembre de source proche du dossier.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Paris a « confirmé que huit personnes (six hommes et deux femmes âgées de 26 à 34 ans) ont été placées en garde à vue le 29 novembre dans le cadre de l’enquête en cours au Pôle national de lutte contre la haine en ligne ».

« Cinq ont été convoqués à une audience ultérieure pour être jugées, notamment des chefs de cyberharcèlement aggravé », a confirmé cette source. Le ministère public a toutefois précisé que « deux gardes à vue ont été levées pour poursuite d’enquête ». Ce dernier ajoute qu’« une personne a bénéficié d’un classement sans suite faute d’infraction suffisamment caractérisée ».

Le parquet de Paris avait déjà annoncé le 20 octobre des comparutions à venir pour onze hommes et une femme également soupçonnés de cyberharcèlement visant Magali Berdah.

Booba zappe sa convocation ?

En revanche, le rappeur Booba, dont la convocation à cette date avait été annoncée par le journal Le Parisien et que Mme Berdah rend responsable de son cyberharcèlement, « ne faisait pas partie des huit », a précisé le parquet. Mais selon les informations du Parisien, le rappeur originaire des Hauts-de-Seine, était bel et bien attendu par les enquêteurs à cette même date, mais il ne s’est pas présenté à sa convocation.

En réaction, Maîtres David-Olivier Kaminski, Anouck Aragones et Antonin Gravelin-Rodriguez, avocats de Magali Berdah, ont accusé « le repris de justice » Booba, condamné à dix-huit mois de prison avec sursis pour sa fameuse rixe avec son rival Kaaris en 2018 à l’aéroport d’Orly, de « se défiler à la première convocation ». L’avocat du rappeur n’a pu être joint dans l’immédiat par l’AFP.

Dans un communiqué publié mi-juillet, Magali Berdah accusait Booba de la cibler sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois « par des publications mensongères et humiliantes ». « Depuis, je subis un harcèlement en ligne de masse », avec des milliers de messages quotidiens, confiait-elle.

Lors d’une conférence de presse mi-septembre, elle avait qualifié Booba, Elie Yaffa de son vrai nom, de « harceleur qui se dit lanceur d’alerte » et listé la quinzaine de plaintes ou compléments déposée après le harcèlement qu’elle l’accuse d’avoir initié.

Une réponse à peine voilée à la démarche judiciaire du rappeur. L’interprète de DKR avait en effet déposé une plainte contre X pour dénoncer des pratiques commerciales trompeuses attribuées à Shauna Events, l’agence d’influenceurs de Magali Berdah, et une escroquerie en bande organisée. Pour la première infraction, le parquet de Grasse avait ouvert une enquête le 6 septembre, depuis confiée au commissariat d’Antibes.

Lire aussi

Mélenchon invite Booba à marcher contre la vie chère, le rappeur lui répond

VIDÉO - La Minute de Booba