Marchés français ouverture 6 h 41 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1940
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    26 662,95
    +259,84 (+0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    750,53
    -43,80 (-5,51 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Made in France, la stratégie patriotique payante du groupe Muller

·2 min de lecture

Spécialisé dans les chauffages électriques, le groupe familial Muller maintient fermement sa production en France. Une stratégie patriotique, mais aussi économique face à la concurrence asiatique.

L'autorail XD 2511, qui a transporté le général de Gaulle après l'attentat du Petit-Clamart en 1962, est posté là, repeint de neuf, sur le site de Muller à Laon (Aisne). Rénové, l'engin joue désormais les vigies du , dont le groupe se fait le porte-étendard.

Fabricant de radiateurs et pompes à chaleurs électriques, Muller, avec notamment ses marques Noirot et Auer, fait de la résistance dans les catalogues professionnels, surchargés de produits asiatiques. "On revendique notre patriotisme industriel", lance Pascal Teurquetil, président depuis le départ de son père, en octobre dernier. Dernier acte de bravoure: le groupe a relocalisé en 2020 à Feuquières-en-Vimeu (Somme) une ligne pour ses cuves en acier émaillé, jusque-là positionnée en Serbie. Avec l'aide du plan de relance: 800.000 euros d'argent public pour un investissement total de 4,5 millions d'euros.

Intégration verticale

Ce n'est pas la première fois que le groupe prend la mondialisation à rebrousse-poil. A Laon, des ouvriers en blouse clipsent avec précaution des cartes électroniques dans des boîtiers en plastique. L'activité, auparavant réalisée au Maghreb, a été ramenée dans l'Aisne, afin de conserver une intégration verticale de la production. Depuis, pas de tentations lointaines. "Faire venir des pièces de Chine peut coûter moins cher de prime abord, détaille Rémi Dwornik, directeur technique. Mais elles mettent deux mois pour arriver. Soit le temps pour nous de faire une étude et de lancer en production un nouveau radiateur."

De la fabrication d'éléments pour les machines à emboutissage jusqu'à la prise de photos pour les catalogues, toute l'activité se déroule sur les sites du groupe. Qui peut ainsi revendiquer un prix de revient à 80% made in France.

François Hollande, Xavier Bertrand et jusqu'à Jean-Bernard Lévy, patron d'EDF, ce 3 mai: tous ont défilé pour cerner la recette patriotique de la famille Teurquetil. Parmi les ingrédients: jouer les avant-gardistes du design, avec par exemple les radia[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles