Marchés français ouverture 7 h 18 min
  • Dow Jones

    34 327,79
    -54,34 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 379,05
    -50,93 (-0,38 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 962,53
    -1 999,33 (-5,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 195,01
    -2,91 (-0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 163,29
    -10,56 (-0,25 %)
     

"Madame Claude" sur Netflix : Sylvie Verheyde brosse le portrait de la controversée "maquerelle de la République"

franceinfo Culture
·1 min de lecture

Madame Claude, c'est Fernande Grunet. Une fille modeste - née en 1923 à Angers (Maine-et-Loire) et morte en 2015 - qui s'est imposée dès la fin des années 1950 comme la proxénète la plus célèbre de France. Son histoire avait déjà inspiré Just Jaeckin en 1977 qui avait porté à l'écran Françoise Fabian dans le rôle-titre.

La réalisatrice Sylvie Verheyde (Confession d'un enfant du siècle, Sex Doll) revient à son tour, dans son Madame Claude disponible sur Netflix depuis le 2 avril, sur l'ascension fulgurante de cette figure controversée qui mettait en relation "ses filles" avec des personnalités aussi diverses que le Shah d'Iran, Mouammar Kadhafi, Marlon Brando ou J.F. Kennedy. Une maquerelle au parcours singulier, témoin de la France des "trente glorieuses" et d'une époque où, dans un monde d'hommes, certaines voyaient le sexe comme leur seul moyen d'émancipation.

Femme d'affaires acharnée

Campée par l'excellente Karole Rocher (Le Bal des Actrices, Polisse, Les Neiges du Kilimandjaro...), Fernande Grunet est déjà au sommet de sa gloire - et à quelques pas de l'abîme - au début du long-métrage, en 1968. Les plus jolies filles de la capitale se pressent déjà pour tenter de se faire un nom aux côtés de cette mère maquerelle - et parfois mère tout court - qui semble considérer "ses filles" (200 au total) avec plus de déférence que l'on pourrait le croire.

Madame Claude est une femme impitoyable et redoutée - que la voix off, la sienne, qui relate son propre parcours, nuance : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi