Marchés français ouverture 1 h 26 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 895,45
    +156,42 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,0594
    +0,0032 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    20 322,47
    -394,77 (-1,91 %)
     
  • BTC-EUR

    28 479,94
    +545,97 (+1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    673,90
    +0,52 (+0,08 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

Les macronistes de gauche broient du noir

Après les investitures de la majorité pour les législatives, les cadres de Territoires de Progrès, parti censé rassembler les macronistes socio-démocrates, se sentent marginalisés par rapport au Modem et à Horizons, le parti d’Edouard Philippe. Critiquant leur président, Olivier Dussopt, certains vont même boycotter un séminaire, prévu le 14 mai, pour mener la bataille des législatives.

Gros coup de déprime chez Territoires de Progrès (TDP), ce parti fondé, en janvier 2020, par Jean-Yves Le Drian (Affaires Etrangères) et Olivier Dussopt (Comptes publics), son actuel président, pour rassembler les macronistes socio-démocrates et muscler la jambe gauche d’Emmanuel Macron. Après , des cadres, responsables départementaux et locaux, ont manifesté leur déception, voire leur "aigreur", selon l’un d’eux. Certains vont même boycotter le séminaire prévu à Paris, ce 14 mai, pour préparer les législatives. Une réunion qui vise à tirer les enseignements de la présidentielle -Frédéric Dabi, le directeur général de l’Ifop en est chargé- et à former les candidats aux actions de terrain, au développement de la "base militante" et à la communication sur les "messages et postures".

Alors, pourquoi une telle grogne? Ces cadres dénoncent la place réduite accordée à TDP dans la majorité, qui n’aurait pas de groupe parlementaire, d’après les informations qui ont circulé en interne. Ils regrettent le parti d’Edouard Philippe. Ils ont aussi été déçus par l’absence de leur chef, Olivier Dussopt, au siège de La République en Marche (LREM), le 5 mai à Paris, à côté de Stanislas Guerini (LREM rebaptisé Renaissance), François Bayrou (Modem) et Edouard Philippe (Horizons), les piliers de cette nouvelle majorité présidentielle. D’ailleurs, certains se plaignent du manque de charisme et de disponibilité de leur président, très occupé à faire campagne dans la 2e circonscription de l’Ardèche, où il espère être réélu. Lors du séminaire parisien, ce samedi, il s’adressera à ses troupes en visio, ce qui ne suffira sans doute pas à les remobiliser.

Lire aussi

Ce parti veut être un "apport de forces" pour Macron

Ces critiques et accusations sont balayées par la direction du parti. Pour Xavier Iacovelli, le délégué général, sénateur LREM, ces plaintes, qui proviendraient d’une "petite minorité" de cadres, n’ont aucun fondement: "Territoires de Progrès a toute sa place dans la majorité.[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles