La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 538,36
    +274,88 (+0,94 %)
     
  • Nasdaq

    11 868,81
    +13,84 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1843
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 512,70
    -40,37 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    363,32
    +1,89 (+0,52 %)
     
  • S&P 500

    3 570,65
    +13,11 (+0,37 %)
     

Le Macronisme est-il liberticide? Non, mais...

·2 min de lecture

L’intention du ministre de l’Intérieur , certes, pouvait paraître louable: profiter de cette proposition de loi d’origine parlementaire portant sur "la sécurité globale" pour mieux protéger policiers, gendarmes et militaires des risques (réels) de dénonciations physiques, individuelles et familiales sur les réseaux sociaux- encadrer strictement la diffusion de leurs photos, interdire la publication de leurs adresses personnelles avec la description des lieux où ils logent. D’où l’ajout, sur proposition de la place Bauveau, aussi majeur que légitime. Darmanin, dont chacun, y compris ses détracteurs, reconnaît le flair politique, ne voit pourtant rien venir: il est convaincu que les ressorts ayant abouti à la décapitation de Samuel Paty sont encore à ce point inscrits dans tous les esprits que, dans ce contexte bouleversé, les opposants déclarés à ce texte ne seront guère nombreux, et surtout inaudibles. L’analyse du politologue et sondeur Jérôme Fourquet (Ifop), fort en vogue aujourd’hui et donc écouté par l’ensemble des responsables politiques, ne pouvait que le conforter: "En ce moment, les Français en demandent majoritairement plus que moins en matière de sécurité et des restrictions des libertés car, pour eux, la priorité reste de lutter contre la délinquance et le terrorisme ainsi que le coronavirus." Le principe de sécurité l’emporterait sur le principe de liberté, en particulier dans les couches populaires.

Mais personne n’avait anticipé- et surtout pas Gérald Darmanin- la , tous genres confondus, toutes sensibilités mêlées. Jusqu’à provoquer une entame de crise, non pas seulement politique, mais aussi culturelle et idéologique, disloquant en partie la majorité parlementaire et exigeant .

"Potentielles atteintes à la liberté d'informer"

Quelles conséquences professionnelles et déontologiques fallait-il tirer de la mouture originelle de l’article 24? Qui déciderait que telle ou telle photo serait publiable- ou impubliable sur une chaîne de télévision, dans un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi