La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 792,30
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    33 735,81
    +525,77 (+1,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

La Macronie planche en désordre sur le projet présidentiel

·2 min de lecture

Jeunes, ministres, élus, cadres de La République en marche ou think tanks: tous sont mobilisés! Reste à savoir comment Emmanuel Macron tranchera.

Un joyeux désordre. Des conseillers de l'Elysée commandent des notes, des ministres créent des groupes de réflexion, fait cogiter des experts, les mouvements satellites (Territoires de progrès, Jeunes avec Macron) vendent leurs idées… Tout ce beau monde planche actuellement sur le projet présidentiel d'un second mandat d'Emmanuel Macron. Une effervescence jugée sévèrement par certaines figures de la Macronie. "Même si l'on sait qu'Emmanuel Macron sera candidat, cela ne suffit pas à donner un cap, relève un député influent. Cela manque de réflexion stratégique." Un autre parlementaire très en vue déplore: "Il n'y a pas vraiment de dispositif. Chacun bosse dans son coin."

Lire aussi

A trois mois de , cette gamberge désordonnée pose problème, vu l'ambition affichée par les leaders macronistes, qui voudraient retrouver l'esprit réformateur de 2017. "Emmanuel Macron gardera sa volonté de rupture", prévoit Laurent Saint-Martin, rapporteur général du Budget et futur trésorier de la campagne. "Le programme ne sera pas quelque chose de tiède", promet Stanislas Guerini, délégué général de LREM. Quant à Roland Lescure, président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, il soutient qu' "un second mandat peut être plus transformateur que le premier car nous sommes plus expérimentés. Il faut aller plus loin, même dans des domaines où nous avons réussi comme l'école et la formation".

26.000 questionnaires

Sous la surveillance de l'Elysée, le navire amiral officiel de cette préparation du projet, c'est le parti, LREM, confortablement installé dans son nouveau siège, rue du Rocher, à Paris. Là, 35 groupes de travail associant experts, dirigeants du privé et hauts fonctionnaires planchent sur le marché du travail, l'action publique ou la culture. Un dispositif classique, qui doit aussi se nourrir des 26.000 questionnaires récoltés via une opération de porte-à-porte des militants d'En marche.

Avec comme coordinateur en chef, le normalien David Amiel, ex-con[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles