Marchés français ouverture 1 h 42 min

Macron, Trump, Poutine... à quel chef d'Etat ressemble votre patron ?

Macron, Trump, Poutine, Merkel… A qui ressemble votre boss ? Apprenez à dealer avec lui selon son profil et à anticiper les tempêtes en usant de diplomatie.

1. Le narcissique… comme Emmanuel Macron

Son profil. Votre boss est jeune, dynamique, réformateur, déterminé, doté d'un charisme et d'une belle intelligence. Sa réussite est insolente. Mais tel Jupiter, victime de son hybris (orgueil démesuré), il montre aussi de l'arrogance, possède un côté "donneur de leçons" et semble déconnecté des réalités de la base.

Les conseils. "Avec un narcissique, répond Gaël Châtelain-Berry, inutile de fonctionner frontalement. L'opposition renforce le conflit. On commence par flatter son ego, avec un “Vous avez raison”, avant d'affirmer son opinion sur le mode assertif : “Mais ne pensez-vous pas que…” Vous lui permettez ainsi de rester maître de l'échange. Par ailleurs, ne comptez pas lui plaire ! Un narcissique ne s'intéresse qu'à lui-même."

"S'il est réformateur et déterminé, il ne faut surtout pas jouer le conservatisme, avec des stéréotypes comme “On a toujours fait comme ça”, ajoute Christophe Deval. Il ne faut ni le freiner ni soulever d'obstacle quand lui n'aspire qu'à des solutions. Le seul levier de contradiction possible, c'est de lui indiquer que le problème ou sa solution pourraient abîmer son image personnelle."

2. Le rationnel… comme Angela Merkel

Son profil. Une main de fer dans un gant de velours. Indéboulonnable, attaché aux principes de liberté, votre boss oscille entre opportunisme et pragmatisme. Austère, femme au milieu des hommes, la chancelière semble laisser peu de place à la fantaisie.

Les conseils. La caractéristique principale de ce profil, c'est le pragmatisme. "Avec ce genre de managers, il faut amener des résultats concrets, chiffrés, cartésiens, explique Gaël Châtelain-Berry. Et ne jamais se pointer la fleur à fusil : “Chef, j'ai eu cette idée à la machine à café !” Notre Merkel veut de l'ancrage dans le réel.

Selon Christophe Deval, "ce profil a une aversion pour le risque. Il faut donc le rassurer, et avancer(...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :