Marchés français ouverture 1 h 18 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 500,58
    +637,81 (+2,21 %)
     
  • BTC-EUR

    30 346,66
    +173,67 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    721,88
    -13,26 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Macron rend hommage à Mitterrand sous l'oeil critique des socialistes

·2 min de lecture

Une gerbe déposée devant la tombe, une minute de silence et une visite de la maison natale : Emmanuel Macron a sobrement célébré vendredi à Jarnac (Charente) le 25e anniversaire de la mort de François Mitterrand, aux côtés de grandes figures du PS attentives à souligner que les deux présidents n'avaient "rien de commun".

Une gerbe déposée devant la tombe, une minute de silence et une visite de la maison natale : Emmanuel Macron a sobrement célébré vendredi à Jarnac (Charente) le 25e anniversaire de la mort de François Mitterrand, aux côtés de grandes figures du PS attentives à souligner que les deux présidents n'avaient "rien de commun".

C'est entouré de poids lourds socialistes - François Hollande, Ségolène Royal, Hubert Védrine, Olivier Faure - que le chef de l'Etat a, pour la première fois, rendu hommage à son illustre prédécesseur, décédé le 8 janvier 1996 après être resté 14 ans à l'Elysée.

"25 ans après sa mort, l'héritage du Président François Mitterrand est toujours vivant. Ses deux septennats continuent d'irriguer notre histoire collective", a souligné Emmanuel Macron dans un tweet.

Il n'a fait aucune déclaration publique durant ce court déplacement d'"hommage et de recueillement", mais il pourrait s'exprimer à l'occasion des 40e anniversaires de la victoire du premier président de gauche de la Ve République le 10 mai 1981, puis de l'abolition de la peine de mort le 9 octobre de la même année.

Dans un deuxième tweet, il a rediffusé un extrait d'un discours de François Mitterrand au Parlement européen, en 1995, au cours duquel il défend "la construction européenne" comme "un gage de stabilité et de paix pour le continent". "N'oublions jamais ses mots : +Le nationalisme, c'est la guerre +", commente Emmanuel Macron.

Après le cimetière, où était présent Gilbert Mitterrand, l'un des deux fils de l'ancien président, le chef de l'Etat a visité la maison où François Mitterrand est né en 1916, et qui est devenue un musée. "Merci en ce jour pour ce cheminement sensible à travers les visages familiaux, les lieux, les livres et l'Histoire où l'on ressent comme les destins se forgent (...) En souvenir fidèle", a-t-il écrit sur le livre d'or.

- "Rien de commun" -

Sa visite dans la petite ville charentaise a été saluée par la vingtaine de mitterrandistes d'hier et d'aujourd'hui, pour les[...]

Lire la suite sur challenges.fr