Marchés français ouverture 5 h 46 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 347,46
    +16,09 (+0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 479,25
    -806,40 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 457,20
    -14,22 (-0,97 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Macron maintient en vie la Françafrique

·2 min de lecture

Présent aux obsèques du Tchadien Idriss Déby, le président a privilégié la lutte contre le terrorisme. Un réalisme rejeté par la jeunesse africaine.

La mort brutale d Le président tchadien formait la clé de voûte de l’édifice franco-africain. Première victime de la, celui qui fut parachuté à la tête de son pays par la DGSE en décembre 1990 garantissait une lutte sans merci contre les groupes djihadistes au Sahel. Fort de cet engagement, Paris a installé son dispositif antiterroriste Barkhane à N’Djamena en 2014, tout en sachant compter sur son indéfectible allié. La présence d’Emmanuel Macron à ses obsèques, le 23 avril, lui aura permis de jauger le Conseil militaire de transition, nouvel exécutif tchadien, et sa disponibilité à poursuivre l’effort engagé.

Onction diplomatique

C’est là que le bât blesse. La lutte antiterroriste s’accommode fort peu des droits de l’homme et de la démocratie en Afrique francophone. La visite d’Emmanuel Macron intervient aussi au lendemain de l’écrasante victoire d’Idriss Déby Itno à la présidentielle du 11 avril pour un sixième mandat. Un scrutin remporté par 80 % des voix. Et pour cause : les principaux leaders de l’opposition avaient jeté l’éponge. Une mascarade. Par sa seule présence, le locataire de l’Elysée a sérieusement fait douter quant à sa volonté, affichée en début de mandat, d’abaisser l’oriflamme de la Françafrique. Loin des promesses initiales d’y encourager l’Etat de droit, il a non seulement couru le risque de valider un putsch militaire, mais n’a pas hésité à se rendre dans un pays sous le feu d’une rébellion, apportant une caution à la junte au pouvoir. Pour Mahamat Idriss Déby, 37 ans, fils du défunt président et nouvel homme fort du pays, l’onction diplomatique est totale.

Alors que le prochain sommet Afrique-France organisé à Montpellier en juillet sous le format d’échanges avec des intellectuels africains, dont le philosophe Achille Mbembe, doit se pencher sur un nouveau narratif de la France avec le continent, ce déplacement ne peut qu’exacerber la colère d’une jeunesse vent debout contre l’ex-puissance coloniale. En attestent les émeutes au Sénégal, début m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi