La bourse ferme dans 7 h 59 min
  • CAC 40

    6 930,91
    +92,95 (+1,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 138,24
    +59,98 (+1,47 %)
     
  • Dow Jones

    34 297,73
    -66,77 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1294
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    1 846,10
    -6,40 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    33 239,86
    +868,28 (+2,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    852,80
    +32,21 (+3,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,80
    +0,20 (+0,23 %)
     
  • DAX

    15 358,34
    +234,47 (+1,55 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,05
    +94,59 (+1,28 %)
     
  • Nasdaq

    13 539,29
    -315,83 (-2,28 %)
     
  • S&P 500

    4 356,45
    -53,68 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3505
    -0,0001 (-0,01 %)
     

Macron lance le combat idéologique de la présidentielle

·2 min de lecture

EDITO Lors des voeux aux Français, le président a vanté son bilan tout en pilonnant les "déclinistes", à qui il oppose son optimisme en l'avenir du pays. Et il s'est affiché pro-européen comme il l'avait rarement fait, provoquant un déchaînement d'Eric Zemmour. Le combat de la présidentielle est vraiment lancé.

Au moins ça n’aura pas été des vœux 2022 pour rien. À l’habitude, il s’agit pour le président de la République d’une exercice de style convenu, routinier et, par définition, consensuel. En ce 31 décembre, dérogation à la règle puisque Emmanuel Macron, à la surprise de beaucoup, a choisi de rompre avec la tradition et donc, avec le consensus. Désormais toute occasion doit être utilisée pour "parler politique " aux Français, pour aborder non pas seulement les sujets déterminants de la campagne électorale à venir, mais aussi, mais surtout a-t-on envie d’insister, ceux qui fâchent, l’Europe et l’identité en particulier, intrinsèquement liés chacun peut le comprendre.

Emmanuel Macron a dû en passer par les banalités d’usage, les évidences qu’il est interdit de ne pas ânonner. Ainsi il sera "président jusqu’au dernier instant ". Qu’aurait-il pu dire de différent puisque la règle constitutionnelle le veut ainsi- comme dans toute démocratie digne de ce nom d’ailleurs. En retour, personne ne s’attendait à ce qu’il déclare sa candidature à l’élection présidentielle d’avril-mai prochains pour exercer un second mandat. Aucun Français s’intéressant un tant soi peu à la politique n’en doute et peu lui chaud que le sortant se déclare aujourd’hui ou dans un mois. Mais beaucoup plus important, il a donné quelques indications claires et fortes sur les principaux axes politiques, idéologiques et culturels de sa campagne. Aujourd’hui, ses deux principales concurrentes, Valérie Pécresse et Marine le Pen, savent (à peu près) à quoi s’en tenir. Elles peuvent donc mettre au point répliques- plus ou moins acérées- et contre- discours.

Un défi mancé aux déclinistes

En cette période au moins morose quant à la psychologie collective, le chef de l’État revendique "l’optimisme "- ce qui peut apparaître prétentieux ou…naïf… Et on peut en effet railler à bon compte et à faire qu’il nous a infligés d’un débit de mitraillette; il s’en est d’ailleurs lui-même moqué. Mais il s’agit en réalité d’un c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles